Identification

Contact

Front de Libération Télévisuelle
27 rue Haxo
75020 Paris
contact[AT]a-suivre.org

Reseau

Recherche

:: Chroniques > Les Dossiers Techniques du FLT ::

#11 - Les différents types d’installations de réception satellite

par pascal28

Tout le monde connaît à peu près les principes de base d’une installation pour recevoir les chaînes hertziennes : une antenne tournée vers le bon émetteur, un amplificateur en cas de besoin et un répartiteur pour relier l’antenne à tous les téléviseurs.

Dans le cas de la réception satellite, c’est un peu plus complexe. En fonction du nombre de récepteurs satellite à relier, l’architecture de l’installation peut aller que quelque chose de très simple à une infrastructure assez complexe.

Fonctionnement de base d’une transmission satellite

Tout comme pour n’importe quelle transmission par la voie des ondes, chaque programme à transmettre est encodé autour d’une fréquence que l’on appelle porteuse. Chaque programme est diffusé sur une porteuse différente. Chez le téléspectateur, pour choisir le programme désiré on ajuste le récepteur sur la porteuse diffusant le programme désirée. Grâce à une sorte de filtrage électronique le récepteur reconstitue le signal de la chaîne désirée tel qu’il était avant d’être associé à la porteuse.

Pour envoyer le signal à émettre dans l’air, il faut passer par une antenne. De par son orientation, elle va permettre de déterminer dans quelle direction envoyer le signal et de par son inclinaison (horizontale, verticale, inclinée de 45 degrés, etc...) elle va donner une polarité au signal. A la réception, il faudra donc une antenne non seulement orientée vers l’émetteur, mais en plus il faudra incliner son antenne de la même manière que sur l’émetteur.

Pour la télévision terrestre, sur un même site d’émission, toutes les chaînes sont transmises dans la même polarité. Donc, une fois l’antenne installée, il n’est plus nécessaire de modifier son réglage à chaque changement de chaîne.

Mais sur le satellite, on utilise cette gestion des polarités pour faire plus de place et diffuser plus de chaînes. En effet, en théorie, lorsque l’antenne est positionnée dans la polarité opposée au signal désiré, on ne reçoit rien. Ce qui fait que cette fréquence peut être utilisée une deuxième fois. Dans la pratique, cela n’est pas tout à fait vrai. Dans la polarité opposée, on reçoit tout de même des résidus, ce qui fait qu’on ne réutilise pas exactement la même fréquence mais une fréquence voisine. Mais pour résumer, cette diffusion de programmes sur les 2 polarités à la fois permet de doubler la quantité de canaux disponibles.

Bien entendu, une fois la parabole installée, on n’a pas à changer les réglages en fonction de la chaîne désirée. En fait, une fois le récepteur satellite branché et les canaux réglés, celui-ci va envoyer un signal à la parabole (plus précisément à la tête de la parabole : c’est l’élément de l’antenne auquel est relié le câble de connexion). Grâce à ce signal, la tête de la parabole va savoir si on désire recevoir une chaîne polarisée en horizontal ou en vertical. De cette manière, l’électronique de la tête ajustera le comportement des composants pour optimiser la réception dans la polarité désirée.

Autre point important, les satellites utilisés pour le grand public diffusent sur deux plages de fréquences qui sont toutes les deux trop élevées pour être utilisées par de l’électronique grand public telles quelles. Pour résoudre ce problème, avant d’envoyer le signal reçu vers le récepteur, la tête de la parabole va décaler toutes les fréquences reçues sur des fréquences plus basses que le câble et le récepteur pourront gérer. Comme dit un peu plus haut, les chaînes sont diffusées sur deux plages de fréquences ; ces plages sont appelées des bandes (communément, ces bandes sont appelées bande basse et bande haute). En raison de la limitation de l’électronique embarquée dans le récepteur, il n’est pas possible d’avoir un récepteur pouvant gérer les deux bandes. Le récepteur ne peut choisir les programmes se trouvant que sur une seule bande, c’est donc à la tête de réception de faire le nécessaire. Comme la tête de réception est en charge de décaler les fréquences reçues vers des fréquences plus basse, et bien pour recevoir l’autre bande on effectue un décalage plus important. Ce décalage en fréquence plus ou moins important est également commandé par un signal envoyé par le récepteur à la tête de réception.

De ce fait, on a quatre combinaisons à gérer : les signaux de la bande basse horizontaux, les signaux de la bande basse verticaux, les signaux de la bande haute horizontaux et les signaux de la bande haute verticaux.

Une installation pour un seul récepteur

Cette installation est la plus simple à réaliser. Il suffit de relier le récepteur à la tête de réception installée sur une parabole pointée sur le satellite désiré. La gestion des polarités et des bandes est assurée par le récepteur qui envoie ces besoins directement à la tête de réception qui s’adapte. Dans la pratique, c’est aussi simple à installer qu’une réception hertzienne.

Une installation pour deux à quatre récepteurs

A partir du moment où on désire alimenter plusieurs récepteurs, il n’est pas possible de faire comme la réception terrestre en utilisant des répartiteurs. La tête de réception est bien capable d’envoyer un signal à tous les récepteurs à la fois mais si les récepteurs désirent recevoir des chaînes se trouvant sur des polarités ou des bandes différentes, on assiste à un conflit : quelle polarité et quelle bande fournir alors que les demandes sont différentes ?

Pour résoudre le problème, la solution est assez simple : il suffit de remplacer la tête de réception classique par une tête de réception à plusieurs sorties. Chaque sortie est indépendante et est reliée à un récepteur. Cela fait comme si chaque récepteur était relié à sa parabole sauf qu’il n’y a qu’une seule parabole sur le toit.

A mettre en œuvre c’est aussi simple qu’une installation pour un seul récepteur. Il suffit de penser à installer sur la parabole une tête de réception à plusieurs sorties.

A noter qu’il faudra relier chaque récepteur de manière indépendante à la parabole.

A partir de cinq récepteurs, on a une installation collective

Comme vous l’aurez compris, ce type d’installation se prête surtout aux immeubles. Le principe de base est assez simple. Comme vu plus haut, dans le cas d’une réception à un seul récepteur, il faut que la tête de réception puisse délivrer 4 types de signaux. Pour la réception collective, l’idée est que la tête de réception délivre en permanence ces quatre signaux et on relie le récepteur au bon signal en fonction des besoins.
Pour se faire, on utilise une tête de réception adéquat disposant de quatre sorties d’où on fait partir quatre câbles. Ces quatre câbles sont reliés à un boîtier comptant un grand nombre de prises. C’est à ce boîtier que seront reliés les récepteurs. Il dispose en permanence des quatre signaux venus de l’antenne et est capable de comprendre les demandes faites par les récepteurs. Ce boîtier se comporte comme un commutateur géant qui va relier chacun des récepteurs au bon signal en fonction des demandes.

Pour le récepteur, cet artifice est totalement transparent, il recevra les signaux comme s’il était directement relié à une tête de réception individuelle.

Solution hybride, le mini réseau câblé

Dans les immeubles, l’installation des paraboles n’est pas toujours simple. Pour les constructions récentes, au minimum un pré-câblage a été prévu pour pouvoir installer une parabole collective. Mais dans les immeubles plus anciens c’est plus complexe : pour passer les nouveaux câbles, il n’est pas toujours possible d’utiliser les gaines existantes ce qui oblige à faire des trous dans les murs pour insérer cette nouvelle installation.

Et il arrive également que, finalement, la demande de la pose d’une parabole collective soit principalement motivée pour la réception de seulement quelques chaînes intéressants un très grand nombre de résidants. Par exemple, un immeuble se trouvant dans une zone de réception hertzienne difficile pourrait désirer le satellite simplement pour recevoir les 6 chaînes françaises de base dans de bonnes conditions, ou encore, un immeuble contenant une forte communauté hispanophone pourrait être intéressé par le satellite seulement pour recevoir les quelques chaînes disponibles en espagnol. De même pour des immeubles où on pourrait trouver une communauté lusophone, italophone ou arabophone pour recevoir les quelques chaînes disponibles en portugais, italien ou arabe. Enfin, cela pourrait être valable également pour des immeubles où la plupart des résidents voudraient simplement recevoir les quelques chaînes francophones en clair diffusées par satellite (comme TV5 Monde, Demain, Euronews, KTO, TFJ, RTBF sat, etc...) ou quelques chaînes internationales en clair comme Eurosport Allemagne, CNN ou des chaînes musicales. Bref, tous ces cas de figures ont en commun le besoin d’une parabole pour recevoir un petit nombre de chaînes diffusées en clair.

Il n’est donc pas nécessaire de fournir la totalité des chaînes reçues par la parabole aux résidants. Si la pose d’une parabole collective pose problème à cause du câblage à travers tout l’immeuble, il est tout à fait possible d’utiliser l’installation de l’antenne hertzienne déjà existante pour y distribuer le petit nombre de chaînes désirées.

Pour se faire l’installation se passe comme une installation satelitaire collective classique. Mais au lieu de faire arriver un câble dans chaque appartement, on installe les récepteurs satellite sous les toits prés des arrivées d’antenne. Chaque récepteur est réglé et allumé en permanence sur une des chaînes désirées (bien entendu, il faut un récepteur par chaîne à diffuser). Ensuite, le signal de chaque récepteur est relié à un modulateur UHF : cet appareil a pour but de convertir le signal reçu par le récepteur satellite en un signal ayant les mêmes caractéristiques techniques qu’un signal reçu par l’antenne hertzienne. Enfin les signaux de ces modulateurs UHF sont injectés dans le câble de l’antenne hertzienne collective. Il ne reste plus qu’aux résidants de l’immeuble à régler les canaux des ces nouvelles chaînes sur leur téléviseur.

Cette méthode a pour inconvénient de ne par pouvoir proposer la totalité des chaînes disponibles sur le satellite pointé et n’est valable que pour des chaînes en clair (il est possible de faire ce type d’installation pour des chaînes payantes comme cela est fait par exemple dans les hôtels, mais cela nécessite des accords préalables avec les chaînes concernées). Mais elle a pour avantage de limiter les travaux à effectuer lors de l’installation, de permettre de regarder toutes les chaînes distribuées sur tous les téléviseurs reliés à l’installation aussi simplement que les 6 chaînes nationales sans avoir besoin d’ajouter un récepteur satellite à chaque téléviseur.

Enfin, dans le cas d’un faible nombre de chaînes à distribuer sur un grand nombre de foyers, le coût de l’installation de ce mini réseau câblé pourrait être plus avantageux que celui d’une installation satellitaire collective classique.

En effet, le coût d’installation d’un mini réseau câblé est fixe alors que celui d’une installation satellitaire collective classique augmente en fonction du nombre de foyer à équiper.

Conclusion

Il existe, bien entendu, d’autres types d’installations qui sont possibles mais, dans les grandes lignes, elles reposent sur les principes de base exposés ci-dessus.
On peut alors constater qu’il est toujours possible de trouver le type d’installation adéquat, en fonction de sa situation et de ses besoins...