Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

Alex, Inc - Impressions après une petite dizaine d’épisodes de la nouvelle série de Zack Braff

Alex, Inc: Zach Bof

Par Sebargio, le 13 mai
Publié le
13 mai
Facebook Twitter
Depuis la fin de Scrubs, Zack Braff s’était fait discret sur nos écrans. Sa fiche IMDb en témoigne. Quelques apparitions ici ou là, dans Community ou BoJack Horseman par exemple. Mais rien de vraiment marquant… Et vu que j’ai beaucoup aimé Scrubs, même si J.D. était devenu difficilement supportable au fil du temps, j’avoue que j’étais curieux de découvrir sa nouvelle série.

Et vous savez quoi ? La curiosité est un vilain défaut.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est une série de Matt Tarses (qui a, notamment travaillé sur Scrubs), diffusée sur ABC depuis le 28 mars 2018.
C’est une comédie en single-camera et c’est une adaptation du podcast StartUp d’Alex Blumberg dans lequel il raconte comment il a créé une startup de podcast.
Sans rire.

Et c’est avec qui ?

Avec Zack Braff donc. Il interprète le personnage d’Alex Blumberg qui a été renommé Alex Schuman pour la série.
Il y a aussi Michael Imperilio (Christopher Moltisanti dans The Sopranos) qui joue le cousin de Braff, Tiya Sircar, aperçue dans The Good Place, dans le rôle de Rooni, l’épouse d’Alex et deux gamins insupportables, dont un qui joue (vraiment très) bien de la guitare à défaut de bien jouer la comédie.

De quoi ça parle ?

Ça parle d’Alex qui décide de plaquer son boulot pour lancer une société de podcast. 

Si.
Vraiment.
C’est ça.
C’est pas une blague.
On parle vraiment d’un gars qui fait des podcasts et espère en vivre.
Et c’est inspiré d’une histoire vraie.
Promis.
On a donc une série qui parle d’un gars qui fait des podcasts, basée sur le podcast d’un gars qui a créé une startup de podcast.
Voilà, voilà…

alex inc 2

Rooni, avocate dans la vie, décide de le soutenir dans cette entreprise une peu folle et, n’ayons pas peur des mots, complètement conne et de supporter financièrement toute seule le foyer. Mais ça, on ne le développera pas dans la série. Non, on va plutôt suivre et subir le caprice d’enfant gâté d’Alex.


Il y a un générique ?

Non. Quelques notes de piano sympathiques et enjouées sur une Title Card et c’est tout.

Et c’est bien ?

Non.
C’est même très pas bien.
Mais c’est pas nul. Je n’arrive pas à détester. C’est juste que c’est complètement inintéressant. Déjà, il est évident qu’avec le sujet de base c’était chaud de faire un truc captivant, genre #PasGagnéDAvanceOnSeMetDesBatonsDansLesRoues. Mais c’est plus que ça. C’est l’électroencéphalogramme plat. Je n’ai pas souri une seule fois depuis le début. Et pour une comédie c’est un peu problématique.

C’est bien simple, les épisodes passent et il ne se passe rien, on en ressort en se demandant si on a vu quelque chose ou pas. Il n’y a aucune substance. Après 9 épisodes, je dois pouvoir compter sur un pouce le nombre d’épisodes dont je me souviens (celui avec la belle-mère qui débouche sur la trouvaille du nom de l’entreprise).

La série se plante en ne sachant pas où elle se situe.
Elle hésite en permanence entre la série familiale et la série professionnelle. Mais rien ne fonctionne. On se moque éperdument de l’un comme de l’autre tant les enjeux sont mal posés. L’idée de la startup est tellement saugrenue qu’on se demande comment un investisseur a pu trouver le projet viable. Et du côté de la famille c’est pire. Alex fait son caprice pendant que son épouse assume tout et lui dit qu’elle lui fait confiance parce qu’elle l’aime.
Je paraphrase mais n’exagère pas.
C’est vraiment mauvais.

D’autant plus qu’il n’y a aucune alchimie entre Alex et Roonie. On ne croit pas une seule seconde qu’il et elle sont amoureu.x.se.

Bien évidemment, c’est mal joué. Braff est particulièrement mièvre et pénible et nous rappelle dès le premier épisode que son seul jeu d’acteur consiste à regarder le coin de ses yeux. Oui, comme dans Scrubs.

Les personnages n’ont aucun intérêt, le cousin d’Alex est la définition même de l’emploi fictif, les enfants sont insupportables (comme très souvent malheureusement).

En 9 épisodes, Alex n’a rien accompli, si ce n’est réussir à trouver des locaux dans un nid à Startup. On le voit se balader avec son micro pour enregistrer ses podcasts… et… c’est… tout…

En cherchant fort dans ma mémoire, je crois que les seuls moment qui ont éveillés mon attention sont ceux où Ben, le fils d’Alex joue de la guitare. Ça ne fait pas beaucoup. Et très franchement, pour voir quelqu’un bien jouer de la guitare, il vaut mieux mettre un DVD de David Gilmour…

Bref… Quand on lui a demandé combien de saisons aurait Alex, Inc, Zack Braff a répondu sur Twitter par une nouvelle référence à Scrubs : « 9 saisons mais on ne reconnaitra que les 8 premières ».
Et ça ne sera pas le cas puisque la série vient d’être annulée.

À croire qu’ils ont commencé la série par la saison 9...

Sebargio
P.S. Et évidemment, les épisodes commencent et finissent avec une voix off de Zack Braff. Oui... Comme dans... Bon, vous avez compris...