Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

Grey’s Anatomy - Critique de l'épisode 18 de la saison 3

Scars and Souvenirs: She’s aliiiive ! Aliiiive !

Par Blackie, le 27 juin 2007
Publié le
27 juin 2007
Saison 3
Episode 18
Facebook Twitter
"Cher Cosmo, j’ai trouvé une recette formidable pour avoir la peau belle et rayonnante. Plonge dans l’eau glacée et laisse ton cœur s’arrêter de battre et ton cerveau de fonctionner, si ce n’était déjà fait. Reste dans cet état pendant quelques heures, attends d’être plus bleue qu’un schtroumpf, puis fais mourir quelqu’un de moins jolie à ta place.
Et voilà, le tour est joué ! Je ne comprends pas pourquoi Buffy a déprimé pendant des mois, moi j’ai trop la pêche ! Bizou poutou lol, Meredith."

Ouais alors tu vois, Mer était morte et maintenant c’est sa mère qui l’est, mais c’est cool tu vois. Faut être relax mec, et Mer elle est complètement relax. Parce que, tu vois, dans la vie c’est les gens qui comptent. Pas qu’ils soient intéressants au point d’écouter leurs petits problèmes hein, faut pas pousser. Mais les gens sont importants, parce qu’ils servent à t’admirer, à te plaindre, à réclamer ta présence et à ne se préoccuper que de toi, oui toi là celle qui est MORTE. Si ce n’est pas pour te faire lécher les pieds, franchement je vois pas à quoi ça sert de revenir à la vie.

Meredith est donc heureuse et sautille en chantant à tue-tête dans les couloirs, comme n’importe quel cadavre ambulant et accessoirement orphelin de mère. Franchement, y’a pas de quoi déprimer et encore moins avoir une sale coupe de cheveux. Buffy, t’avais vraiment tout faux.

Je pourrais presque me réjouir qu’une conséquence de sa grande tragédie soit sa tentative d’enfin renouer avec son père, souhait que j’avais émis il y a des mois (ne me demandez pas dans quel épisode, je ne vais pas retenir tout ce que j’écris non plus). En mettant de côté les discussions sur les couches et sur sa SEULE ET UNIQUE demi-sœur, leur scène s’avère aussi digne d’intérêt que les confrontations avec Ellis Grey. Non, je ne suis pas ironique. Mettez Meredith face à l’un de ses parents et vous en apprendrez autant sur les pathologies de cette famille qu’en dix séances chez le psy.
Je pourrais presque me réjouir, disais-je donc, si cette séquence n’était pas amenée uniquement parce qu’Ellis a dû mourir. Et de façon totalement conne, s’il vous plaît. Les choses avaient été amorcées il y a bien longtemps, il ne suffisait pas de grand-chose pour en arriver là. Un "zut, ma mère abusive n’est plus là, c’est peut-être l’occaz de connaître mon père qui m’a rejetée" est une excuse pitoyable qui n’avait pas lieu d’être. Frôler la mort, surtout celle permanente, pour se rendre compte que "c’est les gens qui comptent" était largement suffisant.

Pour ses copains les accessoires, cela navigue également entre le Nul et Cela Pourrait Presque Etre Intéressant. Cristina fait croire qu’elle s’est trouvé un cœur, George fait enfin preuve de courage et je reviens à douter que Derek ait un cerveau. Il n’a en tout cas pas d’histoire valable, avec son amie de longue date avec qui on nous force à croire qu’il a des liens super forts, pour mieux oublier son existence à jamais lorsque son affaire est terminée. C’est le cas typique du personnage secondaire qui aurait pu rester anonyme.

Cristina retrouve un vieux professeur/ex-amant, candidat au poste de Webber. Levez la main si vous avez fait « ewwww » ! Bien que j’admette que cette fascination de la part d’une étudiante influençable et aux hormones en feu soit tout à fait plausible (aaah, la première année !), ils auraient quand même pu engager un vieux plus sexy. Tim Daly aurait été parfait, et ç’aurait été moins cruel que de l’envoyer souffrir dans le spin-off. Pour le coup, on a donc droit à un concours du froc le plus rempli entre McJackass et le sosie de Clem.
Le seul bon point qui ressort de ce triangle amoureux (Zzzzz), c’est un éclairage sur la façon exacte de penser de Cristina. A savoir qu’elle n’accepte de faire tous ces trucs qu’elle déteste, comme le mariage, que par amûuuur. Et probablement en échange d’une longue liste de concessions de la part de Burke, comprenant vasectomie obligatoire et tout ce qu’elle ne fera pas au lit. C’est peu, mais important pour la compréhension des personnages et des évènements futurs.

Alex, Addie et McSteamy ont aussi une vie et deux ou trois lignes de dialogues, mais on s’en fout assez parce qu’il se passe plein de trucs à côté. Voyez vous-même :

Izzie râle sur George pour avoir épousé Callie.
George râle sur Izzie parce qu’elle râle sur lui.
Callie râle parce que George ne parle que d’Izzie et sort les crocs pour qu’il ne pense qu’à elle, bordel !
Et George finit par râler sur Callie parce qu’elle est pleine aux as (huh ?).

Ouh que ça devient fatiguant. Je les aime bien, mais leur triangle am... truc géométrique, est devenu extrêmement gonflant. La bataille de l’épouse-précoce et de la meilleure amie est une vieille excuse bidon pour créer des tensions dans un couple. Callie aurait dû lécher les pieds d’Izzie, parce que c’est ce qu’on fait quand on aime quelqu’un. On se force à apprécier ses potes débiles. Point barre.
Mais comme dans tout soap qui se respecte, les deux copains doivent finir par boire comme des trous et coucher ensemble. O-bli-ga-toire. Même si cela paraît limite incestueux dans le cas présent... Eh, si on ne regarde pas la série pour s’envoyer des OMGWTF par texto après chaque épisode, quelle autre raison peut-il y avoir ? Le n’importe quoi, ça me convient. Reste à voir ce qui sera fait de cette situation.

Meredith et Cristina, qui partagent également un lit, auraient également pu faire des cochonneries pour pimenter tout cela. Quelle occasion ratée, Shonda...

Bon, cet épisode n’est pas particulièrement mauvais, surtout après les catastrophes précédentes. Mais cette saison en dents-de-scie laisse un goût assez amer. Les situations soapesques ridicules étaient ce qui apportait du plaisir devant la série, mais à ce stade l’énervement finit par voiler tout le reste.
Et ce n’est pas avec le pathétique (mais hilarant !) Isaiahgate, qui continue de se dérouler dans les magazines people, que le sentiment de lourdeur générale sur la série risque de disparaître.

Blackie