Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

Homeland - Il n’est pas si nul que ça cet épisode, quand même.

Broken Hearts: Il n’était pas super le Good Wife de dimanche dernier ?

Par Conundrum, le 5 décembre 2012
Publié le
5 décembre 2012
Saison 2
Facebook Twitter
Tout le monde déteste le générique de Homeland. C’est à peu près l’unique élément de cette saison 2 sur lequel tout le monde doit être d’accord.

L’un des soucis d’Homeland, comme Ju l’a si bien souligné, c’est que les scénaristes ne nous laissent pas le temps de nous habituer aux changement de statu quo de la série.

Et c’est bien dommage. Autant les retournements de situation spectaculaires de 24 étaient très artificiels, autant ceux de Homeland sont ancrés dans une logique dont la série n’a pas trop à rougir. C’est sûr qu’en enchainant les révélations et les twists, on ne s’ennuie pas devant la série, mais du coup, les bonnes idées ne semblent pas idéalement exploitées.

Dimanche dernier, Homeland n’a pas dérogé à la règle. L’avant et après épisode sont très différents. Rien de surprenant là dedans. En revanche, les réactions que j’ai pu lire face à Broken Hearts m’ont légèrement surpris. Pour les simplifier, le manque de réalisme et principalement la mort de Walden par court-circuitage de pacemaker à distance ont agacé une bonne partie des critiques de Homeland.
L’article de Salon.com et l’avis de notre Jéjé sur le forum résument bien la situation. Pour ma part, j’ai trouvé l’épisode plutôt réussi et en particulier la mort de Walden.

Certes, le réalisme scénaristique de la scène peut être largement remis en question. En revanche, il suit une logique émotionnelle dans la complète ligne directrice de la trame de la saison quant à la loyauté de Brody. Si la saison 1 était claire sur ce point en montrant que Brody travaillait volontairement pour Abu Nazir, l’une des forces de la saison 2 était de ne pas trop savoir si Brody aidait la CIA uniquement par contrainte ou s’il voulait vraiment se distancer de son ancien tortionnaire. Ne pas connaitre les réelles motivations de Brody et de Carrie étaient, pour moi, la réelle bonne idée de cette saison.

Dans Q & A, comme Broken Hearts, écrit par Henry Bromell de Rubicon, je n’arrivais pas à savoir si Carrie mentait à Brody pour arriver à ses fins ou si elle était sincère. S’il y a manipulation de la part de la CIA, le coup de couteau qui précédait la déclaration de Carrie était une technique similaire à celle utilisée par Abu Nazir sur Nicholas. Et cette technique semble être efficace sur Brody. L’absence de réponse concrète est bien plus intrigante que n’importe quel cliffhanger à la 24 que Homeland puisse nous sortir.

brody fenetre de voiture

La vérité des sentiments de Carrie et des vraies motivations de Brody se trouve entre les deux. Carry aime Brody et est prête à utiliser cela de n’importe quelle manière afin d’arriver à ses fins. Brody veut éviter un attentat sur le sol américain mais cherche aussi à venger la mort du fils d’Abu Nazir. La réaction de Brody face à un Walden agonisant est bien plus impressionnante que n’importe quelle facilité scénaristique sur laquelle on peut s’attarder.

Brody accepte d’aider à tuer le Vice Président en échange de la libération de Carrie mais cela ne l’empêche pas de confronter Walden et de lui avouer ce qui lui cachait depuis longtemps. Brody était peut être obligé de tuer Walden, mais pas de lui avouer ses réels sentiments envers lui, sa politique et ses actes. Brody a, au final, obtenu la satisfaction d’être le bourreau du meurtrier d’Issa.

Le nouveau statu quo qui est en ressort est enthousiasmant. Même s’il est encore trop tôt pour le dire, Carrie cherche à protéger Brody en ne le dénonçant pas à la CIA. Brody a tenu sa promesse initiale de venger son fils à Abu Nazir et ne lui doit plus rien. Et Abu Nazir est encore libre de fomenter un nouveau plan.

Nous sommes proches de la fin, et connaissant les scénaristes de la série, la situation peut encore changer une vingtaine de fois dans les deux, trois épisodes qu’ils vont nous proposer. Mais, maintenant que l’intrigue des ados tueurs semble enfin prendre une moindre importance, les conditions sont bonnes pour une résolution haletante. Je trouve ça un peu dommage de s’arrêter sur un manque de réalisme d’une série qui n’est pas à son premier acte douteux. Non, s’il y avait un vrai reproche à faire à cet épisode, c’est la déception du face à face de Carrie et Abu Nazir qui aurait du être plus percutant.

Et puis, si vous voulez regarder une série le dimanche soir où les situations sont complexes et où les scénaristes surprennent leur audience par l’intelligence de leur scripts, c’est The Good Wife qu’il faut regarder, pas Homeland.

Conundrum