Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

Legion - Critique du retour de Legion

Legion (Chapter 9) : Saletés de Hippies !

Par Conundrum, le 7 avril
Publié le
7 avril
Saison 2
Episode 1
Facebook Twitter
Pour ceux pour qui le comic book a une place particulière dans leur culture pop, les films X-Men sont souvent de grandes déceptions. Ils font appel à des arcs marquants des moments les plus forts du comic pour fournir des films qui déçoivent par leur qualité et forcent une comparaison peu flatteuse avec le matériel source.

L’approche des séries X-Men est bien plus efficace. The Gifted et Legion pensent d’abord à créer des univers qui leur sont propres avant d’introduire des personnages clés. Le but n’est pas de capitaliser des éléments marquants du comic book, mais plutôt à la thématique des X-Men. Mais là où The Gifted, lancée sur FOX cet automne, amuse, Legion impressionne.
Dans le comic, son personnage central était plus souvent un catalyseur d’intrigues [1] qu’un personnage clairement défini [2]. Découvrir une série par son biais est une expérience déconcertante. Ce n’est pas un personnage clairement établi (il n’est pas membre d’une équipe) pour le spectateur et sa condition entraîne une narration étrange.

Contrairement à Nico, j’ai décidé de rependre la série uniquement sur la base de mes souvenirs. Ma redécouverte de l’univers ne s’est fait que par ce season premiere.
Et celui-ci est une franche réussite.
Legion, la série, est l’une des meilleures représentations du comic book X-Men d’origine même s’il ne fait appel à aucun de ses personnages. Un homme décide de créer un centre qui permet à des mutants d’explorer leurs pouvoirs et mieux se comprendre. Il a une vision particulière de la vie et du monde qu’il inculque à ses élèves. Que ce soit le Professeur Xavier ou Jemaine des Flight of the Conchords, peu importe !
La série joue beaucoup sur un visuel qui rappelle les années 60 et 70, période où le comic book a été lancé. Mais cette période est aussi très fertile dans le domaine des pensées alternatives. Les mouvements sectaires et les gourous y deviennent de plus en plus courants. Un axe de lecture de la saison est que David a été sauvé par un mouvement alternatif. La société lui disait qu’il avait un trouble, ce mouvement de contre-culture lui fait découvrir une autre vérité avec laquelle il s’épanouit. David a disparu pendant un an, et on retrouve que sa secte a rejoint un son ennemi, la norme, la fameuse Division 3.

Une page s’est clairement tournée et sa communauté est éclatée. Son gourou n’est littéralement plus l’homme qu’il était ou projetait, sa plus fidèle compagne réalise qu’elle n’a existé que par lui, et ses fidèles ont rationnalisé le fait de rejoindre l’ennemi car elles et ils trouvent une place dans la norme. La plupart des mouvements nés dans cette période ont perdu de leur influence avec le temps. La communauté résiste peu ou pas aux événements extérieurs. Elle implose ou se disperse. L’évolution de la série suit cette route.
Mais la série innove avec un David bien plus affirmé. Il a toujours des questions, il ne sait pas ce qui s’est déroulé l’année passée, son lien avec le Shadow King est toujours présent.
Et la fin de l’épisode lui donne sa mission.

legion season 02 episode 01

Dans une scène de l’épisode, il se propose d’être le nord de Sydney. Ainsi, elle pourra toujours le retrouver. Mais il se propose aussi d’être son guide et notre guide. Et un guide bien plus fiable que celui que nous avions l’année dernière. Ce n’est plus le personnage en détresse du début de la série, mais au final un héros plus conventionnel. Il y a une assurance dans le personnage et la série qui valide toute la confiance acquise en saison 1.
Il y avait de la méfiance avec cette série l’année dernière car on ne savait pas où elle voulait en venir. Là, le but est de confirmer son intérêt, et cet épisode le fait brillamment.

Contrairement à The Good Fight qui s’amuse aussi avec la forme de ses épisodes, la manière de présenter le récit porte toujours le fond. L’épisode résume parfaitement la situation, elle explique la relation entre trois personnages tissée en fin de saison 1 (David, Oliver, et le Shadow King) avec un numéro dansé où David montre qu’il a trouvé des proches et qu’il se bat, que Oliver est emprisonné et que Shadow King séduit et manipule. Il n’y a pas de dialogue mais l’idée est véhiculée efficacement et simplement.
L’épisode fait appel à des idées fréquemment utilisée dans les comic books : « mon ennemi d’hier est mon allié aujourd’hui » ou « je reçois un message d’alerte du futur », mais aussi simples et communes soit elles, elles sont toujours véhiculées de manière neuve. Il y a un savant dosage qui peut perturber dans cet épisode. On fait appel à beaucoup d’effets de style pour au final, ne pas dire grand-chose. Mais c’est tout l’intérêt d’un épisode de reprise.
Il doit récapituler l‘intrigue et présenter à nouveau l’univers et ses règles, et il le fait de manière très claire. Mais en plus de décrire le statu quo, on doit relancer l’intrigue, et présenter de nouveaux axes. Le but d’un season premiere est très spécifique et sous ses airs de série compliquée, Legion remplit son cahier des charges de manière classique et appliquée. Sa forme est peut être hors norme, son fond, lui, est très traditionnel.

Et en plus des mystères de la série, il y a ceux de la production qui intriguent. Alors qu’on vient d’annoncer que Jon Hamm a été coupé au montage du film à venir, The New Mutants, il devient le narrateur dans un rôle vague de la série. C’est peut être un hasard, c’est peut être quelque chose aussi.
Si les séries sont dans le même univers que les films, quel personnage peut relier Legion avec The New Mutants ? Encore une fois, ce n’est peut rien, mais spéculer sur la distribution d’un film ou série de super héros, c’est aussi un passage obligé.
Même pour une série aussi étrange que Legion.

Conundrum
Notes

[1Legion voyage dans le temps et crée une ligne temporelle alternative pendant quelques mois sur tout l’univers X-Men ! Un énorme crossover s’est mis en place, qui, était juste une raison pour modifier radicalement la distribution des équipes. C’est ainsi qu’on s’est servi de David deux fois pour faire des reboots des comics.

[2Même s’il a brièvement été le personnage central d’un comic book qui lui est dédié et que le succès de la série a permis le lancement récent d’une mini-série autour de lui