Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

Lost - Critique de l'épisode 6 de la saison 4

The Other Woman: Le Docteur Ducon est nul en course poursuite

Par Ju, le 8 mars 2008
Par Ju
Publié le
8 mars 2008
Saison 4
Episode 6
Facebook Twitter
Soyons honnêtes, après l’excellent épisode de la semaine dernière, il était impossible que The Other Woman nous satisfasse. Hmm… subjonctif. Cependant, ce n’était pas une raison pour nous sortir les « Chroniques Adultérines Toutes Nazes du Docteur Burke », Lost.

Je vais abréger, parce que j’ai des trucs plus intéressants à faire que de parler de cet épisode. Genre… acheter un ticket de bus, apprendre par cœur la composition chimique de la pseudo éphédrine, construire une maquette en allumettes du Central Perk, de la maison funéraire Fisher, ou du Banana Stand des Bluth.

Le problème avec cet épisode, c’est qu’on s’y ennuie beaucoup, que ce soit avec son intrigue principale ou avec les flash-backs de Juliet. Des flash-backs à l’ancienne, bien foireux, où on n’apprend strictement rien de plus que ce qu’on savait déjà. En un mot, je me fous royalement de la vie sexuelle de Juliet, que ce soit avec le Docteur Ducon, Goodwin, ou toute personne ne répondant pas au nom d’Angelina Jolie.

L’intrigue principale, elle, pue le remplissage. Autant je suis d’accord pour dire que cogner sur cette conne de Kate est toujours rigolo, autant je ne vois aucune raison à ce que Charlotte et Farfadet n’expliquent pas clairement leur mission dès le départ, si ce n’est pour créer une forme de faux suspens lamentable qui, au final, ne fonctionne même pas. En plus, conclure tout ça par un Compte A Rebours de la Mort (un procédé qui aurait dû être interdit dans Lost après la saison 2) et un baiser ridicule n’aide pas.

Au milieu de tout ça, la mini intrigue de Ben et Locke surnage à peine, en très grande partie grâce au talent des deux acteurs, à quelques répliques bien senties, et à une révélation qu’on pouvait deviner mais qu’il est quand même agréable de voir confirmée.
D’ailleurs, l’épisode a beau être centré sur Juliet, c’est bien Michael Emerson qui y tient le premier rôle. Pendant 40 minutes, Ben est au premier plan, déchaîné, et alterne ses habituels regards gluants avec des scénettes très amusantes. La dernière scène a un côté ridicule assez assumé, qui m’a fait penser à celle où Jack jouait au foot l’an dernier, et voir Ben cuisiner en essayant d’être aimable, ou grimper, tout fâché, une toute petite colline avec ses toutes petites jambes, a quelque chose de profondément hilarant.

Si l’épisode de Kate n’était déjà pas brillant, il avait au moins l’avantage de s’achever sur un très bon rebondissement. Ici, rien de tel, on n’est pas plus avancé avant l’épisode qu’après l’avoir vu, et ce n’est pas le pauvre teasing sur l’identité de l’espion de Ben qui va me faire changer d’avis.
Quasiment tout le monde pense que l’espion en question est le mec qui, bien qu’il soit au générique depuis 6 épisodes, ne nous a toujours pas assené sa réplique fétiche. Alors si ce n’est pas lui ça sera une bonne surprise, mais j’en doute.

Ju
P.S. La semaine prochaine, je vous expliquerai pourquoi l’idée de Manuuuu, Tim et Daisy pour le Concours du Lama Mort valait à peine plus qu’un aller-retour Imperial Beach/Em City pour une E.B.E travaillant au Work Bench...
Et on parlera un peu de Lost.