de la Saison" /> de la Saison">
Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles
Ma Saison à Moi -

Les 10 Meilleurs Épisodes Indépendants de la Saison

La Saison à Jéjé: Les 10 Meilleurs "Stand-Alones" de la Saison

Par Jéjé, le 22 juillet 2011
Par Jéjé
Publié le
22 juillet 2011
Facebook Twitter
Il n’y avait que Ju pour trouver la seule forme de cette chronique capable de donner envie de se replonger dans la saison qui vient de s’écouler.

Et alors que je me triturais les méningnes pour établir la liste de mes dix épisodes préférés selon les critères établis par notre chef spirituel, une discussion entre amis au coin du feu (en juillet, oui, oui, tout est normal) me força à reconsidérer les consignes.

— Quoi ?! Tu regardes encore House  ?
— Ben, oui, j’aime bien…
— Mais c’est nul, c’est hyper répétitif…
— C’est clair, c’est tout le temps la même chose !
— Oui, mais c’est le principe du formula-show...
— Pendant tout l’épisode, aucun traitement ne fonctionne !
— … le canevas des épisodes est relativement rigide mais...
— Et c’est toujours House qui trouve à la fin !
— … ce sont les petites variations…
— T’en as vu un, tu les as tous vus !
— …en terrain connu…
— Moi, je ne regarde que des séries à suivre, comme
The Wire ou Six Feet Under.
— …qui font l’intérêt de...
— Et
Mad Men, c’est super Mad Men. Et Damages, aussi.
— Et
Breaking Bad, vous connaissez Breaking Bad ? J’adooore.
— …(sanglots contenus)
— Il reste du bourgogne ?
— Oh, vous avez entendu ? Peter Falk est mort.
— Rha,
Columbo, c’était vraiment génial.
— Ouais, vraiment excellent.
— …

On peut retenir de ce triste "échange" que j’ai été empêché de développer pompeusement mon propos. Heureusement, Internet et pErDUSA vont pouvoir réparer ce scandale.
Donc, ce que je voulais dire, c’est que ce serait un peu dommage de jeter à la poubelle le concept-même de formula-show... N’est-ce pas ?

Un peu plus sérieusement, j’ai pour eux un attachement particulier puisque leur côté "exercice de style" a été un facteur essentiel dans ma fascination naissante pour les "série télé" il y a bien longtemps, un aspect dont je me suis au fur et à mesure détaché, préférant les grandes trames des feuilletons et séries à "mythologie", tellement plus ambitieuses, plus pleine de sens, de psychologies fouillées et en évolution de personnages complexes...
J’en suis même venu à déplorer souvent la présence dans ces séries des mini-intrigues de la semaine, trop souvent simples miroirs anecdotiques des états d’âme des personnages principaux. Et à regretter les épisodes complètement indépendants de l’intrigue principale, souvent bien plus faibles.
La faute aux policiers formatés de CBS ? Aux récentes séries médicales ? A la grille entière de USA ? A Fringe ? Sûrement.
Pourtant, mes épisodes préférés de mes deux séries favorites de l’année (The Good Wife et Terriers) reposent tous sur une intrigue forte circonscrite à l’épisode et aux conséquences minimes sur la trame générale de la série.

C’est pourquoi je me suis décidé à faire le bilan "positif" de l’année en sélectionnant mes dix épisodes stand-alone préférés des drama de l’année.
J’exclus ainsi (à ma grande douleur) les comédies, la real-tv et tous ces trucs feuilletonnants comme Mad Men [1], Friday Night Lights et autres Rubicon

30Rock511
Le (deuxième) Véritable Meilleur Episode de la Saison

10 Déjà Vu/All in

detroit187108
Detroit 1-8-7 - Saison 1 - Episode 8

En un mot : Drogues, gangsters, poker… Et Canada.

Un épisode classique de la première période de Detroit 1-8-7, celle des douze premiers, 100% WASP-free. (Dans la seconde, sont ajoutées à la brigade de façon pas très heureuse deux blondes, une agent du FBI et une aspirante flic…)

Deux bonnes histoires (il y a toujours deux enquêtes en parallèle), de chouettes échanges entre les duos de flics, un peu d’histoire criminelle de Detroit, un zeste de l’esprit d’Homicide : Life on the Street, du classique de chez classique qui fonctionne parfaitement.

9 Close encounters of the Murderous Kind

castle309
Castle - Saison 3 - Episode 9

En un mot : Richard Castle est Fox Mulder.

Personne ne regarde Castle pour la qualité de ses intrigues criminelles. C’est pour ça que dès que la série se prend au sérieux, elle vaut rarement mieux qu’un vieil épisode des Dessous de Palm Beach (période Mitzi Kapture et Rob Estes).
Mais quand elle s’amuse vraiment, c’est en général très divertissant.

Quoi de mieux cette année que Nathan Fillion qui sifflote le générique d’X-Files, suspecte de meurtre un dénommé Carter, discute avec Lance Henriksen et joue la carte de la théorie du complot avec une Beckett plus cartésienne que Maman Scully ?
Peut-être les cinq dernières minutes du finale ! [2]

8 Reseda

lola113
Law & Order : LA - Saison 1 - Episode 13

En un mot : Prison à vie pour un vol de vélo ?

Il faut attendre le vingtième épisode produit (même s’il fut le treizième diffusé) pour que la série utilise à bon escient ce qui a toujours fait la force de Law & Order : la partie judiciaire (en un quart d’heure, elle montre toutes les limites des peines automatiques).

L’excellente prestation d’Alana De La Garza montre que les producteurs aurait dû virer Terence Howard en même temps que Skeet Ulrich et l’intégrer dans la série non comme assistante de l’ADA mais comme la première femme ADA de Law & Order. [3]

L’épisode (le seul, pratiquement) qui fait regretter l’annulation de LOLA par NBC.

7 Grilled Jesus

glee203
Glee - Saison 2 - Episode 3

En un mot : Le seul "bon" épisode de Glee.

Ce n’est pas (seulement) de la provocation, de ma part, que de faire figurer Glee dans cette liste.

Certes, les numéros musicaux sont comme à l’accoutumée vraiment atroces, mais cet épisode a le mérite d’exprimer des idées en général inaudibles sur les networks sur la pratique de la religion aux Etats-Unis, en plus sans opposer de façon brutale athées et croyants et avec des dialogues plein de sincérité, de retenue et d’humour.

Trois qualités complètement absente du reste des épisodes.

6 The Life Inside

justified202
Justified - Episode 2 - Saison 2

En un mot : Pas facile d’accoucher tranquillement dans le Kentucky.

L’année dernière, j’écrivais dans ma Saison à Moi

"Un peu comme Justified, qui dans ses débuts lorgnait vers une formule d’épisodes en stand alone, sympathiques mais assez répétitifs, avant d’embrasser une intrigue globale feuilletonnante et nettement plus enthousiasmante."

C’est terrible d’avoir l’esprit de contradiction. Surtout avec soi-même.
Parce que cette année, je l’avoue, j’aurais bien aimé avoir un peu plus de stand-alone. J’ai revu l’épisode de l’année dernière avec le dentiste, qui était, quand même, assez génial. Celui-là est un peu plus faible et en plus, l’histoire en stand-alone ne débute qu’après le générique, qui n’arrive qu’au bout de 12 minutes…
Mais j’avais quand même envie de placer un épisode de Justified dans cette liste.

5 Office Politics

house705
House - Saison 7 - Episode 6

En un mot : Joan of Arcadia rencontre enfin Dieu.

Ben oui, j’aime toujours House.

Particulièrement depuis qu’ils ont décidé de changer (et/ou de faire tourner) ses mignons. Grand fan de Thirteen devant l’éternel, j’étais un peu inquiet après son départ. Office Politics m’avait bien rassuré, avec l’arrivée parfaite (elle doit se faire virer dix fois au cours de l’épisode) d’un personnage aux antipodes de House (elle fait un principe inébranlable de ne pas mentir à ses patients) et beaucoup moins neuneu et geignard que Cameron.

A éviter : le catastrophique épisode musical/parodie de séries et films.

4 Smalls Rooms

thegoodguys106
The Good Guys - Saison 1 - Episode 6

En un mot : Et, comme d’habitude, ça finit par de grosses explosions...

Pourquoi celui-là et pas une autre ? Je n’ai pas vraiment de raison, parce que j’aime vraiment beaucoup tous les épisodes de la série…
Allez, peut-être parce que le point de départ est encore plus drôle que d’habitude : Dan crée de fausses preuves d’un crime… parce qu’il s’ennuie au commissariat.

Tout fonctionne, les aller-et-venues dans le temps, les méchants qui sont très méchants (et toujours très très réussis dans la série), la moustache de Bradley Whitford, la mère de Liz en guest star…

3 Morelli v. Kaczmarek

thedefenders104
The Defenders - Saison 1 - Episode 18

En un mot : Belushi et O’Connel divorcent…

L’un défend le mari, l’autre la femme et ils finissent tous les deux par se faire la guerre pour savoir qui aura la garde du bureau et de leurs assistantes.

Le charme de la série repose sur sa capacité à faire croire à l’amitié sincère et complice entre les deux héros et rien de mieux pour la faire vivre que de les opposer le temps d’un épisode. C’est leur épisode ’Parions l’appartement’.

C’est aussi malheureusement le finale d’une série vraiment futée (avec de très chouettes épisodes sur des spécificités de la loi du Nevada au pays des casinos), qui nage tellement au-dessus des médiocres Franklin & Bash et autres Suits de cet été.

2 VIP Treatment

goodwife205
The Good Wife - Saison 2 - Episode 5

En un mot : La prochaine fois, Nafissatou Diallo ira voir Lockhart & Garner.

VIP Treatment fait partie des épisodes "course contre la montre" de The Good Wife : tous les associés s’arrêtent pour se consacrer uniquement à une affaire, dont il faut démêler au plus vite un maximum de fils. Ca permet de faire monter rapidement la tension et de réunir un maximum de personnages principaux au même endroit. A condition que l’affaire soit suffisamment solide…
C’est évidemment le cas avec une situation propice à tous les avis contradictoires.

Mais le plus fort, c’est que cette intrigue (qui se résout bien de façon définitive à la fin de l’épisode) fonctionne parfaitement en parenthèse indépendante, complètement accessible au téléspectateur néophyte, et, s’intègre avec aisance dans la trame feuilletonnante, en réussissant à entraîner avec elle la campagne de Peter Florreck, pour le plaisir accru de ceux qui suivent la série depuis le début.

Le meilleur pas Stand-Alone : In sickness, l’avant-avant dernier, celui avec le nouvel appart’ de Peter…

1 Change partners

terriers103
Terriers - Saison 1 - Episode 3

En un mot : Sadomasochisme et prêt immobilier.

La mission la plus banale du monde : filer l’épouse d’un homme et obtenir des preuves de son adultère.

Avec l’aide d’Olivia Williams, les gars de Terriers transforment ce cliché des histoires de détectives en un bijou noir aussi cruel qu’une nouvelle de William Irish.

Ca faisait longtemps que l’annulation d’une série n’avait pas autant chagriné...
Ca m’énerve !

Jéjé
Notes

[1The Suitcase est vraiment le meilleur véritable épisode de la saison. Ju a toujours raison.

[2Sans les toutes dernières secondes… Ceux qui ont vu l’épisode comprendront !

[3Je considère Los Angeles comme la 21ème saison de la série originale.