Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles
Comme Jeanne d’Arc -

The Message, un podcast bien d’ailleurs

The Message, l’Autre Manhattan

Par Conundrum, le 2 novembre 2017
Publié le
2 novembre 2017
Facebook Twitter
En écoutant The Message, vous allez mourir. Alors avant d’écouter The Message, on regarde Crazy Ex-Girlfriend si ce n’est pas déjà fait pour être sûr de ne pas être totalement passé à côté de sa vie. Une fois que c’est fait, on se cale sagement sur son canapé, et on se lance dans ce chic podcast.

The Message est une série de huit épisodes diffusés en 2015 par Panoply et GE Podcast Theater. Le concept est plutôt original : il s’agit d’un podcast au sein d’un podcast. Dans The Message, nous écoutons le podcast de Nicky Tomalin, CypherCast. Nicky est une linguiste invitée à suivre et enregistrer une équipe de décodeurs scientifiques, The Cypher Group, dans le cadre de son émission. Ces derniers sont chargés par la NSA d’analyser et interpréter une transmission reçue de l’espace dans les années 40. Chaque épisode de The Message est en fait un épisode de CypherCast.

Les dramas audios en format podcast semblent toujours vouloir justifier le fait que nous écoutons l’histoire. Lorsque l’on regarde une série ou un film, l’idée de la caméra n’est jamais (sauf cas exceptionnel) prise en compte par la narration. Elle n’existe pas. En revanche, dans les dramas podcasts, l’existence du micro est souvent justifiée. L’auteur ou l’autrice prend alors le parti que, sans narrateur en voix off et sans description, tous les éléments nécessaires à l’intrigue, au lieu et aux personnages doivent être expliqués verbalement. Cette béquille scénaristique s’intègre bien ici par l’idée du podcast dans le podcast. C’est non seulement une idée bien trouvée pour justifier une narration de manière organique, mais elle devient particulièrement judicieuse quand cet élément, l’existence même de CypherCast, devient un point central de l’intrigue.

Si l’analyse en elle-même est une sympathique idée, à elle seule, elle aurait pu faire un podcast un peu ennuyeux. Dans The Message, il y a une urgence, un danger qui oppresse graduellement. En effet, on nous explique dans le premier épisode que The Cypher Group n’est pas le premier groupe de travail qui s’est penché sur le message d’origine extraterrestre et que l’écoute du message peut causer la mort de l’auditeur ou de l’auditrice. Cette « malédiction » n’est pas prise en compte par l’équipe du Cypher Group car sur les 200 personnes l’ayant écouté, près d’une trentaine sont morts. Le groupe décide d’ignorer ce risque car ces décès peuvent aussi avoir des origine naturelles (cancer, insuffisance respiratoires, etc…).

D’ailleurs, l’ambiance du podcast gère ce point parfaitement. Le premier épisode est très agréable à écouter. Nicky est très heureuse de participer à l’aventure et de rencontrer des scientifiques qu’elle admire. The Message a la bonne idée de ne pas faire de l’intrigue centrale le seul intérêt du podcast. Les scientifiques et décrypteurs sont traités comme de vrais personnage avec une personnalité marquée et clairement reconnaissable, et ce n’est pas une mince affaire lorsqu’on ne peut pas s’aider du visage et du visuel pour l’identification. Il y a un bon esprit de camaraderie, des petites querelles de bureau mais l’ambiance est plutôt bonne dans les premiers moments. Du coup, le podcast rappelle un peu ces films catastrophes où dans le premier quart d’heure, on accroche avec le quotidien simple de l’équipe et des relations qui les lient puis, petit à petit, l’ambiance devient de plus en plus angoissante.

Autre élément judicieux pour bien établir les bases de notre histoire, notre héroïne possède le même niveau d’informations que nous. Lorsqu’on lui demande son avis, ou qu’on lui pose des questions, elles sont aussi posées à l’auditoire. C’est une manière ludique de nous faire assimiler les éléments de base de l’intrigue. Ces petites trouvailles narratives très simples sont très appréciables (lorsqu’il n’y a pas de visuel pour nous guider). Surtout que l’aspect science de ce podcast très science-fiction est très travaillé. On peut penser au message « Wow » que la Nasa a enregistré mais ce soin apporté au réalisme scientifique va jusqu’à l’explication de la dangerosité du message. [1]

Les épisodes ne souffrent jamais de cette forte exposition et ne noient pas l’intrigue dans de lourdes explications scientifiques. Ils bénéficient du fait d’être très court. En règle générale, autour de 15 minutes. C’est un format parfait, car un épisode de drama audio demande plus de concentration qu’un épisode de série. Il s’agit d’une narration condensée à l’essentiel mais qui ne se limite pas à juste faire évoluer son intrigue. Il y a un soin apporté à la manière de raconter l’histoire et de dépeindre les personnages.

Enfin, je ne sais pas si c’est l’influence de Serial et de l’iconique Sarah Koening ou que mes choix me dirigent vers eux, mais j’aime beaucoup le fait que les dramas audios que je suis mettent en scène des femmes. Surtout que dans The Message, Nicky ne raconte pas simplement l’intrigue. Sans spoiler l’intrigue, la manière de donner plus à matière à l’animatrice de podcast que d’être la simple narratrice vient de manière bien plus organique et personnel que le lien qui lie Lia au mystère central de Limetown.

The Message est une histoire de science-fiction bien menée et qui soigne ses personnages, elle est bien jouée et si la production audio n’est pas aussi travaillée que dans Homecoming, d’un point de vue narratif, elle utilise bien mieux les forces du podcast. Bref, The Message est chaudement conseillé.

Conundrum
P.S. A noter, les épisodes de The Message se trouvent sur le feed de LifeAfter sur iTunes.
Notes

[1Celui ci se base sur un fait scientifique avéré poussé à l’extrême.