Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles
Bilan -

Notre classement des meilleures séries à regarder ces mois derniers

Les 29 Meilleures Séries du Moment (et 10 Séries Moins Top)

Par Jéjé, le 6 juillet
Par Jéjé
Publié le
6 juillet
Facebook Twitter
Compliqué, compliqué de faire une analyse des tableaux de pErDUSA en cette période où de plus en plus de séries sont produites aux US et où dans le même temps de plus en plus de séries d’ailleurs deviennent accessibles.

La seule chose vraiment claire, c’est que cette dernière saison de Game of Thrones était toute naze...

Alors pour une fois, faisons place à un TOP 10 où les membres de la rédac’ expliquent ce qui fait qu’elles et ils aiment davantage ces 10 séries à toutes les autres (qu’elles et ils ont pu voir).

Mais d’abord, le tableau rouge !

Le classement des meilleures séries du semestre

IMG/png/tableau rouge 2019 1.png

And the winners are...

1 Chernobyl

1 chernobyl sky
// Nico
HBO - Mini-série - 5 épisodes

L’emballage était parfait. Une minisérie de prestige, un événement historique, le sceau HBO : il était assez facile de s’emballer pour ce programme diffusé à la fin du printemps. Sauf que l’œuvre en question vaut beaucoup plus que le paquet cadeau. C’est une fichue leçon de narration.
Chernobyl, ce n’est pas seulement l’histoire d’une bande de moustachus habillés comme des boulangers avec un gros problème de four. C’est une oeuvre tragique, tendue et résolument politique qui restera longtemps dans les mémoires. Notamment parce que la série raconte un drame en empruntant à plusieurs genres.
Le premier épisode, glaçant, joue parfaitement avec l’ironie dramatique : le téléspectateur sait avant les personnages que ce qui vient d’arriver est très grave et l’effet marche particulièrement bien. Le deuxième est un authentique thriller, dans lequel l’audience redécouvre la course contre la montre pour empêcher que la catastrophe ne soit encore plus grave. Le troisième prolonge cet effet en jouant complètement la carte du drame humain, qui tient aussi une place de choix dans le quatrième. Le cinquième et dernier segment, tirant parti de tout ce qui a été posé avant, est une véritable claque pour boucler la boucle. Il explore jusqu’au bout les ramifications politiques de l’événement, pour boucler une intense odyssée humaine.

C’est très, très fort. C’est sûrement l’œuvre d’une vie pour Craig Mazin, son scénariste. Et c’est absolument incontournable.

2 Santa Clarita Diet

2 santa clarita diet
// Max’
Netflix - Saison 3 - 10 épisodes

Alors non, ce n’est pas Chernobyl, en avant les histoires !
Elle lui ravit la première place.
Alors non, ce n’est pas The Walking Dead. Elle lui met en trois saisons une telle patate dans les dents que les zombies n’y toucheraient même pas avec un bâton.
Alors non, on applaudit pas Netflix, elle vient de l’annuler et c’est injuste.
Elle coupe la série en plein vol, après une troisième saison faisant une nouvelle fois la part belle à Daddy Timothy Olyphant (et on aime Daddy Timothy Olyphant) et Hungry Drew Barrymore.
Absurde, drôle, dotée d’une mythologie solide et originale, elle avait tout pour continuer et a tout pour se retrouver dans les hauteurs de notre classement, avec mérite.
Alors oui, on applaudit Santa Clarita Diet.

3 What We Do in the Shadows

3 what we do
// Feyrtys
FX - Saison 1 - 10 épisodes

Le générique de What We Do in the Shadows suffirait presque à justifier sa place dans ce top 10. Mais la série est également hilarante, dans la lignée de l’absurdité du film dont elle est issue.
En choisissant de déplacer la série à Staten Island (probablement l’endroit le moins cool des États-Unis), d’introduire un couple au sein de cette famille d’idiots forcés à vivre en colocation et en ayant créé un nouveau type de vampire suceur d’énergie (Colin, sans aucun doute le personnage le plus drôle de cette année), la série a posé une base comique très solide et nous a offert une première saison extrêmement drôle, entre sitcom, documentaire parodique et comédie burlesque.
What We Do in the Shadows doit beaucoup à la relation entretenue entre Nandor, vampire raté et mégalo, et Guillermo, son souffre-douleur timide, véritable MVP de ce groupe. Et n’oublions pas Jenna (excellente Beanie Feldstein), l’étudiante fan de grandeur nature transformée contre son gré en vampire par Nadja, qui n’est pas sans rappeler Ann Veal d’Arrested Development. Ils rendent à eux deux cette comédie très attachante.

4 Years and Years

4 years and years
// Max’
BBC - Mini-série - 6 épisodes

De quel argument avez-vous besoin pour regarder Years and Years si ce n’est que nous (je) avons un goût incomparable et que cela devrait vous suffire ? Bon, sinon, Years and Years, en dédise le tableau, est LA série de l’année. Derrière ce titre pompeux se cache six épisodes sensibles, durs, criants de vraisemblance et plein de cœur. Ça ne vous suffit toujours pas ? C’est Black Mirror mais en mieux. Toujours pas ? Six Feet Under de 2019 à 2034. Encore ? C’est le monde qui nous attend dans les semaines, mois, années à venir vues par Russell T. Davis à travers les yeux d’une famille britannique. De la crise économique à la répression des LGBTQI+ en passant par le réchauffement climatique et le populisme fait par Emma « Trump Le Pen » Thompson. Si avec ça, ça ne vous donne toujours pas envie … allez regarder la saison 5 de Black Mirror, pour la peine !

5 You’re the Worst

5 youre the worst
// Iris
FX - Saison 5 - 13 épisodes

Introduite en saison 2, la dépression chronique de Gretchen aurait très bien pu être oubliée une fois son arc bouclé dans sa session d’apparition. Heureusement pour le réalisme de You’re The Worst, la série s’est attachée depuis à toujours prendre en compte la maladie de Gretchen, qu’elle soit là en arrière-plan ou qu’elle prenne toute l’attention.
C’est toujours le cas dans cette dernière saison, et le series finale, en plus de donner une conclusion très satisfaisante à la relation de Jimmy et Gretchen (qui choisissent de ne pas céder au mariage, et de plutôt décider chaque jour de poursuivre leur relation ou pas) rappelle très justement ce que l’existence même implique pour Gretchen.
Et alors que des images nous révèlent le futur du couple au travers d’un montage musical sur fond de No Children, par The Mountain Goats, on comprend que Gretchen n’a pas été guérie par sa relation, tandis qu’elle pleure silencieusement aux côtés de son bébé. La femme qu’on voit, peu importe ce qu’elle décide, le fait en ayant conscience que, si elle choisit la vie, la douleur sera inévitable.
Et c’est tout naturellement qu’elle conclut son marché avec Jimmy : « You know there’s always the possibility that someday I might leave my phone and keys at home and step in front of a train. You know that, right ? »
L’amour, et la vie, un jour à la fois.

6 She-Ra

6 she ra
// Sebargio
Netflix - Saison 2 - 7 épisodes

Quand j’étais petit, on jouait à Musclor dans la cour de récré (oui, je suis vieux). C’était trop bien Musclor, il était courageux, il était fooooooort, pas comme ce pleutre de prince Adam, son alter-ego qui avait besoin de son épée magique pour devenir viriiiiiiiiiil. Et pas comme sa soeur She-Ra. Personne ne regardait She-Ra. C’était pas bien She-Ra, c’était pour les filles, vous comprenez… Comme Candy et Maya l’Abeille
Et oui, il y a 35- 40 ans à peine, nous étions encore à l’âge de pierre… Quand j’y pense, quelle éducation toxique nous avons eue…
Nous sommes bien mieux en 2019, année où je regarde She-Ra-Nouvelle-Version, avec ma fille de 8 ans et mon fils de 11 ans. Et tous les trois nous prenons un plaisir dingue à regarder ce dessin animé tellement fun et feel-good. Des couleurs vives et chatoyantes, de la vraie bienveillance de partout, des histoires prenantes et qui ne nous prennent pas pour des quilles.
Si on rajoute en plus que c’est hyper inclusif et qu’on a mis à la porte les dessins de bimbos à la plastique généreuse et formatée de l’époque pour une grande diversité de tailles, de formes et de couleurs visant à ne mettre personne de côté, vraiment, cette nouvelle She-Ra a gagné non seulement l’honneur du crâne ancestral mais aussi le droit d’être dans notre top 10.
Vivement la suite !

7 The Real Housewives of New York

7 rhony
// Feyrtys
Bravo - Saison 11 - 20 épisodes

D’accord, ok, Chernobyl c’est très bien, Years and Years est génial, Fleabag est une perle, mais avez-vous vu Bethenny Frankel vider son sac au milieu d’un restaurant de Miami ? Je n’ai pas autant retenu mon souffle devant la fusion du cœur nucléaire qu’au cours de cette scène d’anthologie de la saison 11 de Real Housewives of New York.
La realtv (et ses producteurices et monteureuses de génie), malgré ce qu’elle a de factice, de fabriqué, est une œuvre télévisuelle capable dans ses meilleurs moments de montrer des émotions à l’état brut, sans aucun filtre.
Après une saison difficile passée à faire le deuil de son ex-fiancé mort d’une overdose plus tôt dans l’année, Bethenny fait la liste de tous les comportements détestables dont Luann s’est rendue coupable au cours de la saison. Sa souffrance résonnant dans chacun de ses reproches, cette scène prend véritablement aux tripes. On devine que ce n’est pas seulement l’attitude désinvolte de Luann face à son alcoolisme et à ses cures de désintoxication plus ou moins réussies qui blessent Bethenny, c’est aussi et surtout le narcissisme doublé d’indifférence dont son amie fait preuve, qui est comme un écho de la propre relation compliquée que Bethenny entretient avec sa mère abusive dont elle cherche désespérément l’attention.
Si je reconnais que dans ses prémisses, la realtv n’a rien de vrai, elle sait pourtant montrer des relations d’amitié sincères, fragilisées par des comportements humains que l’on reconnait toutes et tous : l’incapacité à entendre la souffrance des autres, à lire entre les lignes, à se remettre en question ou encore, à dépasser sa propre frustration.
Et puis, quand on a eu le cœur brisé et l’âme vidée par Cherbonyl, Years and Years et Fleabag, les housewives sont toujours là pour nous rappeler que si la « vie n’est pas un cabaret », dixit Bethenny, il suffit de quelques cocktails à l’azote liquide dans la chaleur de Floride pour s’en rapprocher.

8 Skam France

8 skam france
// Jéjé
Slash/France 4 - Saisons 3+4 - 10+10 épisodes

C’est un tout petit peu frustrant que la meilleure saison d’une série qui repose sur cinq personnages féminins soit celle où l’accent est mis sur un homme. Et apparemment c’est comme ça pour toutes éditions de la série (de l’originale norvégienne à l’allemande et l’italienne) qui en sont arrivées à traiter de la découverte de son homosexualité par l’un gentils amis en arrière plan des saisons précédentes.
Mais passé cette réserve quasi idéologique, la saison 3 de Skam France est l’une de mes histoires de récit initiatique gay favorites. Sa force et son originalité viennent à la fois du format (chaque saison se construit sur un personnage secondaire qui devient central et redeviendra secondaire par la suite), du fait que cette intrigue arrive après deux saisons (on a eu le temps de s’attacher à chacun des personnages qui constitue cet environnement des premiers coming-out, celui de celles et ceux qui sont le quotidien, qui sont le familier et dont les réactions vont peut-être les faire éclater, les enjeux pour Lucas sont ainsi ressentis de façon bien plus forte que si on découvrait ces personnages en même temps que son orientation sexuelle) et de la présence et du jeu phénoménal de naturel de toute la distribution de la série (si la version française de la série est plus proprette que les autres, plus papier glacé que les autres, plus « bourgeoise » que les autres (on n’est bien obligé de se l’avouer), la qualité de la troupe emporte tout).
La saison suivante centrée sur Imane, jeune fille noire, musulmane et voilée, est bien plus révolutionnaire en terme de « représentation » mais souffre de quelques rebondissements artificiels qui atténue la force de la chronique de ce personnage.

9 Fleabag

9 fleabag
// Max’
BBC - Saison 2 - 6 épisodes

Puisque mes confrères ont peu ou mal noté The Good Place, Ramy et State of The Union, je dois me réjouir de la présence de mon autre série préférée de l’année : Fleabag. Certes, celle-ci n’a eu également que six épisodes et vous savez tous qu’à pErDUSA, nous sommes à ça de lancer une pétition pour plus de saisons longues.
Mais Fleabag est revenue pour une seconde saison magnifique. Phoebe Waller-Bridge, qui a laissé le bébé Killing Eve et ça se ressent dans notre classement, reste pourtant une déesse de l’écriture au couteau, du regard caméra tour à tour déchirant, déconcertant et hilarant mais aussi d’une cruauté envers son personnage autoficitionnel qui nous touche pile là où ça fait mal.
9ème ?
C’est cher payé pour une des plus grandes séries actuelles, qui agit comme un doliprane : ça se dilue puis ça se diffuse là où ça fait mal et ça guérit un peu.

10 Sex Education

10 sex education
// Nico
Netflix - Saison 1 - 8 épisodes

Le temps passe vite, les séries s’enchainent à toute vitesse et le lancement de Sex Education, il y a six mois sur Netflix, semble remonter à une éternité. Pourtant, dans la farandole des lancements plus ou moins réussis par la plateforme de streaming, la série lutte assez efficacement contre le temps qui passe.

Principalement parce que ses personnages et leur complexité sont intelligemment explorés tout au long de la saison. Au paradis des archétypes (un lycée), Sex Education trouve la bonne carburation pour gagner en intérêt et en profondeur épisode après épisode. Tant et si bien que si le personnage d’Otis incarne une forme de masculinité très intéressante (c’est un garçon avec des doutes et des questions, mais ce n’est pas ça qui l’empêche d’être dans l’écoute et le soutien), son entourage se révèle lui aussi particulièrement attachant.

Tout n’est pas parfait (l’attitude d’Adam, notamment dans le dernier épisode, a suscité un vrai débat pErDUSien) mais il y a là suffisamment de fond et suffisamment d’émotion pour retenir durablement l’attention. Espérons que la suite sera comme Gillian Anderson : résolument épatante.

En vrac

— On est content que One Day At A Time ait été sauvé par Pop... On espère que la saison 4 en format hebdomadaire sera un peu plus percutante et amusante que cette dernière saison sur Netflix
- (Not) Welcome Back Friends... C’est la première fois qu’une saison de Jane the Virgin soulève un enthousiasme aussi timide... Il reste quelques épisodes pour inverser la tendance !
— Les ultimes saisons des deux ÉNORMES séries que sont Game of Thrones et Big Bang Theory n’ont convaincu personne...
— We Want Less ! 14 séries du TOP 20 ont des épisodes de moins de 30 minutes !
— We Want Less 2.0 ! Seules 3 séries du TOP 20 ont des saisons de plus de 20 épisodes...

"Toutes" les séries de ce début 2019

IMG/png/tableau bleu.png

Jéjé