Accueil > Encyclopédie > N > Nip/Tuck > Saison 2 > Les Risques du Métier
Les Risques du Métier
Titre original : Sean McNamara
Saison 2 - Episode 15 | N° dans la série : 28 | N° de Production : 177615
1ère Diffusion (Originale) : 28/09/2004 - (Française) : 19/01/2005

Résumé

Le Découpeur refait une nouvelle victime, après Naomi Gaines, mais c’est un homme cette fois-ci. Sean et Christian décident de le prendre en charge.
Christian reçoit la visite de Gina qui est venue lui annoncer une terrible nouvelle : elle est séropositive. Elle veut que ce soit lui qui fasse le test HIV de James et de Wilbur (dont le prénom est désormais Gabriel).


Synopsis de l'épisode

Voir le synopsis

Distribution & Production principale
Scénariste(s) : Brad Falchuk

Réalisateur(s) : Michael M. Robin

Acteurs présents : John Hensley (Matt McNamara), Roma Maffia (Liz Cruz), Julian McMahon (Christian Troy), Joely Richardson (Julia McNamara), Dylan Walsh (Sean McNamara)

Guest Star(s) Récurents : Kelly Carlson (Kimber Henry) [x11], Jessalyn Gilsig (Gina Russo) [x13], Linda Klein (Infirmière Linda) [x56]

Guest Star(s) : Georg Stanford Brown (James Sutherland), Bruno Campos (Dr Quentin Costa), Colin Egglesfield (Sean McNamara, jeune), Mimi Karsh (Victime du "Découpeur"), Mary Page Keller (Andrea Hall), Holly King (Infirmière Kimberly du film X), Ethan Kogan (Chirurgien du film X), D.W. Moffett (Kevin), Conor O'Farrell (Inspecteur Fischman), Rebecca Staab (Mme Camden)

Notes de production

* Notes :
- Jessalyn Gilsig (Gina Russo) revient au générique.
- Bien qu’étant au générique, John Hensley (Matt McNamara) et Roma Maffia (Liz Cruz) n’apparaissent pas dans cet épisode.
- Première véritable apparition du Découpeur représenté avec un masque blanc.
- Conor O’Farrell (l’inspecteur chargé de l’affaire du Découpeur) a joué des petits rôles qui ont trait à la police également dans de nombreuses autres séries comme dans la saison 1 de Desperate Housewives (Détective Copeland), la saison 7 des Experts (Shérif-adjoint McKeen), le 21ème épisode de la saison 4 de Buffy contre les vampires (Colonel McNamara).

* Gaffes :
- Quand Sean se fait interviewer par la journaliste et qu’il passe à la télé, un aquarium derrière lui. Mais quand le plan de la caméra montre le caméraman qui tourne, c’est un mur blanc qui se trouve derrière lui.
- Dans le film porno que tourne Kimber, lorsque l’infirmière se baisse pour faire une gâterie à son partenaire, on entend un effet sonore de fermeture éclair. Mais dans le plan d’ensemble, on peut voir que l’homme porte un pantalon en toile mais sans fermeture.

* Citations :
Christian : - Tu es comme l’herpès : on s’en croit débarrasser et ça revient tout le temps. Je souffre du virus de Gina. Qu’est-ce que tu veux encore ?
Gina : - J’ai à te parler et tu vas m’écouter.
Christian : - De quoi veux-tu me parler ? De la désintox ? Si tu viens t’excuser pour ce que tu m’as fait, je n’en ai rien à foutre.
Gina : - Je suis positive.
Christian : - Toi positive ? Ça se saurait.

Christian : - Je ne veux jamais avoir affaire à toi, Gina. Tu me pourris la vie. Tu es abjecte, tu souilles tout ce que tu touches, tu me donnes envie de vomir.
Gina : - Mais on se vaut tous les deux, ducon. On a été fait dans le même moule. Mais il y a quand même une différence entre toi et moi. C’est que moi je suis responsable et j’assume mes erreurs.

Julia (parlant de Sean) : - Il passe bien à la télé.
Kevin : - Tu mets du rouge à lèvre, du fond de tain et tu fais un brushing à ma chienne, c’est le portrait de Demi Moore.

Le Découpeur s’adressant à Sean :
- Etonnant comme effet. C’est une substance paralysante qui s’appelle le substitut choline chlorite ou SSC. Il provoque une paralysie musculaire. On l’utilise pour calmer les fous furieux dans les hôpitaux psychiatriques. Ça vous assomme en quelques secondes. Il parait que quand on s’écroule, on voit défiler toute sa vie comme avant la mort. Quelles sensations atroces. Ne plus pouvoir rien contrôler et être à la merci de n’importe quoi. Comme tous ces gens qui ont perdu tout sens critique, tous ces esclaves de la tyrannie de la beauté qui passent leur vie à compter leur beuverie, à suivre des cours de stretching… Moi j’essaie de libérer tous ces gens et toi, qu’est-ce que tu fais ? Tu détruis mon travail, espèce d’inconscient. On m’appelle le Découpeur mais on a tort, c’est toi qu’on devrait appeler le Découpeur. Tu refais des centaines de nez mais ce sont toujours les mêmes. Et pour les poitrines, idem. C’est toi le monstre. Tu détruis la beauté que Dieu a donné à ces pauvres nuls. Mais je vais reprendre ça en main maintenant, docteur.

Quentin : - J’ai passé mon séjour à greffer des nez et des oreilles tranchées à la machette.
Sean : - Un autre défenseur des causes perdues, Sean va t’adorer.

Quentin : - Christian, relaxe, ton associé est entre de bonnes mains.
Christian : - Ce n’est pas seulement mon associé. C’est mon meilleur ami. Je veux qu’en se rasant le matin, il puisse oublier ce qui s’est passé.
Quentin : - Ne t’inquiète pas, je te promets qu’il aura le même visage qu’avant.

James : - Vous avez des nouvelles de Gina ?
Christian : - Non, aucunes. Et je m’en fous.
James : - Permettez que je vous donne un conseil. J’ai détesté Gina plus que tout. Je l’ai maudite des centaines de fois. Mais quand je regarde Gabriel, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il y a du bon en elle.
Christian : - La seule bonne chose qu’elle ait faite dans sa vie.
James : - Parfois, une seule bonne chose suffit, vous ne croyez pas ? Alors, quoi qu’on puisse ressentir pour elle, on lui doit Gabriel.

Christian : - Très joli. Le docteur Costa est presque aussi doué que toi, Sean.
Sean : - Je suis content que votre clinique soit à Atlanta, docteur Costa. Si vous étiez ici, on aurait un redoutable concurrent.
Quentin : - Oui, c’est vrai. Mais moi aussi je suis content que vous n’exerciez pas là-bas. Je ne voudrais pas être confronté à deux requins comme vous. A moins de faire partie de la bande.

Christian : - Et ben tu vas pouvoir commencer une carrière de mannequin et gagner beaucoup d’argent. Fais pas cette tête Sean, tu es réparé.
Sean (se regardant dans un miroir) : - Ah, ouais ?

Julia : - Je suis chaque fois étonnée de ce que vous, chirurgiens plasticiens, êtes capables de faire. Vous ne méritez vraiment pas la réputation que vous avez.
Sean : - T’es sincère ? Je croyais que tu avais toujours eu honte de ce que je faisais.
Julia : - Oui, c’est vrai. J’ai eu honte. Chaque fois que l’on me demandait quel était le métier de mon mari, et bien… je reconnais que je me sentais très souvent mal à l’aise. Le côté mercantile de la profession, profiter du désespoir des autres et gagner de l’argent avec, tu vois ?
Sean : - C’est difficile à admettre mais il y a… il y a une part de vérité dans le message que fait passer cette espèce de pervers. Je me sens responsable de ce culte actuel pour la beauté et j’ai construis cette maison grâce à ça. Son travail est le fruit du mien.
Julia : - Non, Sean, arrête. Tu ne peux pas dire des choses comme ça. C’est moi qui n’aurais jamais dû avoir honte de toi.
Sean : - C’est vrai, Julia.
Julia : - Tu te rends compte de tout ce que tu donnes de toi pour aider les victimes que ce monstre mutile. Tu devrais être fier de toi pour ce que tu fais. Comme moi je suis fière de toi.
Sean : - J’aurais préféré t’entendre dire ça quand on était ensemble.

Christian : - Pourquoi tu ne m’as pas appelé ?
Gina : - Pour te réclamer du fric ? J’ai perdu ma fierté mais il me reste ma dignité.

Gina s’adressant à Christian :
- Christian, j’ai complètement foiré ma vie. Si tu savais comme c’est atroce de passer ses journées dans un lit d’hôpital, malade et sans recevoir la moindre visite. J’ai pas assez donné, j’ai fait tellement de mal. Alors, je n’ai pas d’amis. Je veux pas mourir toute seule.

Christian : - Dis, tu te souviens de la fois où Wilbur t’a fait caca dessus.
Gina : - J’ai dû jeter mon chemiser. Ce gamin pond des bouses d’éléphant.
Christian : - Et tu te souviens de la fois où on lui a donné ses premières céréales ? Il tapait des mains comme un dingue comme si on lui avait servi un bol de caviar.

* Musiques de l’épisode :
- You In My Hut Now de The Jungle Brothers (Quand Christian fait l’amour avec Gwen Camden dans son bureau.)
- Lucky With Disease de Elbow (Lors de la reconstruction du visage de Sean et quand Christian reçoit James et Wilbur chez lui.)
- Take Me Home de Aqualung (Quand Julia vient voir Sean après son opération et quand Sean opère la nouvelle victime du découpeur.)
Membres additionnels de la production

Producteur exécutif : Ryan Murphy, Michael M. Robin, Greer Shephard
Co-producteur exécutif : Lyn Greene, Richard Levine
Producteur : Patrick McKee
Producteur superviseur : Sean Jablonski
Co-producteur : Brad Falchuk, Jennifer Salt, Michael Weiss (II)
Musique : James S. Levine
Montage : Tim Boettcher
Directeur de la photographie : Christopher Baffa
Création des décors : Liz Kay
Producteur associé / délégué : Hoot Maynard, Bonnie Weis
Assistant montage : Michel P. Smith
Chargé de Production : Patrick McKee
Chef accessoiriste : Ryan Blank
Chef machiniste : Greg Hewett
Chef opérateur du son : Marc A. Gilmartin
Coiffeur : Stacey K. Black
Costumes / Costumière : Ellen Brill
Créateur des Costumes : Lou Eyrich
Distribution des rôles : Eric Dawson , Robert J. Ulrich, Carol Kritzer
Maquilleur : Eryn Krueger
Maquilleur (effets spéciaux) : Thomas R. Burman, Bari Dreiband-Burman
Montage de la musique : The Big Parade
Premier Assistant Réalisateur : Dirk Craft
Second Assistant Réalisateur : David McWhirter
Superviseur de la musique : P.J. Bloom, Ray Espinola Jr
Superviseur du montage son : Charlie Essers

 Episode précédentSaison 2 Episode suivant  
Membres : pour accéder aux avantages membres, vous devez être inscrit ou identifié avec votre login

Mise à jour le : 14/10/2015 à 16:12