Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

Game of Thrones - Pourquoi la série aurait intérêt à s’éloigner des romans

Valar Dohaeris: Libère les scénaristes, George !

Par Tigrou, le 4 avril 2013
Par Tigrou
Publié le
4 avril 2013
Saison 3
Episode 1
Facebook Twitter
La semaine dernière, Ju nous démontrait avec sa logique mathématique imparable que Game of thrones, la série, se terminerait bien avant Game of thrones, les bouquins.

Même si nos conclusions quant au nombre de saisons restantes divergent [1], sa démonstration m’a convaincu !

Mais au fond, est-ce qu’être obligé d’inventer un peu sans George ne serait pas la meilleure chose qui pourrait arriver à la série ?

Une adaptation fidèle…

Tout le monde le dit et le répète : Game of thrones, la série, est très, très fidèle aux livres dont elle a été adaptée.

C’est quelque chose d’inhabituel – pour ne pas dire exceptionnel -– à la télévision. Il suffit de comparer Game of thrones aux autres adaptations actuellement à l’antenne, pour s’en rendre compte : True Blood, The Walking Dead, Dexter… Toutes ces séries ont pris depuis leurs deuxièmes saisons (voire dès la première dans le cas de The Walking Dead) de très grosses libertés avec leur matériau d’origine, les scénaristes brodant des intrigues inédites autour de l’univers et des personnages créés par les livres (en faisant un clin d’œil complaisant aux fans de temps en temps pour les calmer).

Dans ces trois cas, il faut dire que les matériaux d’origines sont moins intimidants que les livres de George (R. R. Martin, mais dorénavant je l’appellerai George parce que c’est plus drôle comme ça). Quoi qu’on pense des comics The Walking Dead ou des romans Dexter ou Sookie Stackhouse, leur intérêt repose sur l’univers et les personnages qu’ils ont inventés bien plus que sur leurs intrigues.

Game of thrones, elle, a la « chance » d’avoir une matière première beaucoup plus costaude, dont l’intérêt est à première vue indissociable de ses intrigues. Loin de s’en servir comme d’une simple toile de fonds, les scénaristes semblent lui vouer un respect quasi religieux, respectant non seulement son histoire, mais aussi son rythme (ça n’avance pas franchement plus vite dans la série que dans les bouquins) et sa structure (les saisons sont découpées en fonction des livres – oui, je sais les scénaristes ont choisi de couper le troisième livre en 2 saisons mais pour moi il s’agit plus d’une pause technique pour éviter de faire une saison de vingt épisodes que d’un changement dans la structure de l’histoire).

Les livres étant eux-mêmes très solides, leur rester le plus fidèle possible est un gage de qualité pour la série… Mais, paradoxalement, c’est peut-être aussi l’une de ses limites.

… trop fidèle ?

Car rester aussi fidèle aux livres empêche aussi la série d’exister par elle-même.

A l’heure actuelle, pour ceux qui ont lu les livres, elle est un produit dérivé sympathique : une mise en image réussie et léchée… Mais moins complexe. Moins prenante. Moins épique aussi (contrairement à ce qu’on pourrait croire en regardant la série, les livres sont loin de manquer de scènes épiques. George n’éclipse ni les batailles, ni les duels à l’épée, ni les attaques de zombies ou de dragons par des ellipses comme la série est contrainte de le faire, faute de budget).

Quant à ceux qui n’ont pas lu les livres… Bon, soyons honnêtes, je n’ai pas l’impression qu’ils se plaignent trop (pour l’instant). Mais j’ai du mal à croire qu’ils puissent comprendre complètement la série, ses rebondissements et ses personnages sans aller à la pêche aux infos sur Internet. En gros, j’ai du mal à croire que la série peut s’apprécier pleinement toute seule.

jean neige

Autre problème : je pense que la fidélité aux livres empêche les scénaristes d’utiliser pleinement le potentiel de leur série. Parce qu’une série – même sur le câble - s’écrit normalement sur la durée. Parce que, normalement, les scénaristes peuvent adapter leur histoire pour la recentrer sur ce qui fonctionne à l’écran et évacuer ce qui ne fonctionne pas.

On s’est beaucoup moqué de l’intrigue de Kalinda cette année dans The Good Wife, mais les scénaristes ont corrigé le tir assez rapidement. Dans Game of thrones ils n’ont pas (ou ne prennent pas) cette liberté : on imagine difficilement les scénaristes faire survivre Ned Stark à la fin de la première saison parce que la performance de Sean Bean aurait enthousiasmé la production, ou faire débarquer Daenerys à Westeros juste après la naissance de ses dragons pour éviter que son intrigue ne commence à tourner en rond !

En saison 2, c’était assez voyant : certaines intrigues auraient mérité d’être coupées, accélérées, altérées… Mais les scénaristes n’ont pas de marge de manœuvre à ce niveau, ils doivent subir des contraintes qu’ils n’ont pas fixées. Pour l’instant, les seules libertés qu’ils prennent concernent la façon de raconter l’histoire que George a écrite pour eux.

C’est peu…

Quelques infidélités efficaces

Il faut reconnaître une chose à David Benioff et D.B. Weiss : même si Game of thrones peine à dépasser son statut de produit dérivé, c’est un produit dérivé qui a de la gueule.
Les acteurs, la musique, l’image… tout est léché dans la série. Et surtout, je pense qu’en bons fans des romans, ils sont assez lucides sur les forces et les faiblesses des histoires qu’ils adaptent.

Ce n’est pas un hasard, à mon avis, si les intrigues et personnages qu’ils ont le mieux réussi dans la série sont justement celles qui laissaient à désirer dans les livres de George.

Je sais que la Cersei de Lena Headey ne fait pas l’unanimité parmi les fans… Pour moi, elle est l’un des meilleurs éléments de Game of thrones. Et – coïncidence ? - c’est justement l’un des personnages que la série a le plus retravaillé, en l’humanisant, en lui ajoutant des intrigues et des scènes absentes des livres de George (qui a lui aussi essayé de développer son personnage à un stade… avec moins de finesse).

Même constat pour Theon. Là encore, David Benioff et D.B. Weiss ont pris des libertés avec un personnage que George traitait assez maladroitement. Résultat : son histoire un peu bancale du second livre est devenue l’une des intrigues les plus touchantes et les plus réussies de la saison 2.

Ça ne tient pas qu’à l’écriture, d’ailleurs… Benioff et Weiss savent s’appuyer sur leurs interprètes pour combler les trous dans la psychologie des personnages, pour nous vendre en une scène une réaction que George n’arrive pas toujours à rendre crédible en quatre pages de monologues intérieurs.

C’est particulièrement vrai quand on parle de romance : dès qu’il y a un peu d’amour, la série s’en sort beaucoup mieux que George (qui – c’est bien connu – n’a pas de cœur).

L’histoire d’amour entre Shae et Tyrion est beaucoup plus touchante dans la série, parce que les scénaristes ont bien développé le personnage de Shae, mais aussi grâce au jeu des deux acteurs.

De même, le lien malsain mais touchant entre Sansa et The Hound passe beaucoup mieux à l’écran, quand il est suggéré par un regard des acteurs et une variation dans la musique, que dans les livres (George a beaucoup de qualités, mais décrire de façon réaliste les sentiments d’une gamine de 14 ans n’en est pas unes).

Oui, George : quand elle prend un peu ses distances avec tes livres, la série s’en sort plutôt bien…

Une solution : d’avantage de Roz !

Dans le premier épisode de la saison 3 - une remise en place laborieuse et un peu inutile – les quelques scènes qui ont piqué m’ont intérêt avaient un point commun : elles n’étaient pas tirées des livres.

Les deux premières étaient les scènes mettant en scène Margaery. Son personnage, là encore, est à mon goût un peu faiblard dans les livres, car assez mal défini : je n’ai jamais compris si c’était une redoutable manipulatrice ou une parfaite idiote (c’est probablement un entre deux, je sais, mais dans ce cas mérite-t-elle autant d’attention, George ?). Dans la série, les scénaristes ont clairement tranché pour la manipulatrice, et le personnage m’intéresse beaucoup plus.

roz et shae

J’ai aussi beaucoup apprécié la conversation entre deux personnages malaimés de la série : Shae et Roz. Personne n’aime cette pauvre Roz qui, en plus d’être la prostituée attribuée de tous les personnages masculins de la série, a commis le crime impardonnable d’être le seul personnage important qui n’est pas directement tiré de l’imagination de George.

Et pourtant, elle m’intéresse moi, Roz. Parce que je ne sais pas à l’avance ce qui va lui arriver. Parce que je ne connais pas déjà ses motivations – à part celles qu’on m’a montrées à l’écran. Parce qu’elle peut mourir à tout moment, ou venir perturber la mécanique bien huilée de la série (j’espère que sa scène de l’an dernier avec Varys ne sera pas oubliée !)

Il faut le reconnaître, les scénaristes ne se sont pour l’instant pas illustré par leur utilisation de ce personnage. Et je ne me fais pas d’illusion : il y a peu de chance qu’ils ne l’utilisent jamais comme autre chose qu’un élément « d’exposition ». Mais c’est bien dommage…

Allez, George, libère les scénaristes de Game of thrones !

Admets-le, George : les scénaristes de Game of thrones ne sont pas complètement dénués de talent propre. Même s’ils se plantent dans 50% des cas quand ils prennent des libertés avec tes bouquins (Littlefinger, un des meilleurs personnages des livres, est l’un des personnages les moins subtils de la série, la romance entre Robb et sa femme était un gros ratage l’année dernière), c’est aussi dans ces moment là qu’ils parviennent à élever leur série et à la rendre intéressante pour tout le monde – lecteurs et non lecteurs.

Malheureusement, jusque-là, ces moments ne durent pas.

L’année dernière, les fans des livres et les autres se sont enthousiasmés pour les scènes entre Tywin et Arya. Des scènes de dialogue 100% inédites et très réussies.
Malheureusement, quand Tywin a dû partir pour King’s Landing, il n’a pas emporté Arya avec lui. Un autre destin – déjà écrit – attendait leurs personnages. Et, en dépit de ce qui fonctionnait à l’écran, les scénaristes ont dû respecter la Volonté de George.

Pire : au final, leur rencontre n’aura servi à rien, à part à produire de bons dialogues (c’est déjà ça). Arya n’aura pas changé le cours de la guerre en espionnant. Tywin n’aura pas décidé de faire preuve de clémence envers les Stark après s’être pris d’affection pour leur fille. Parce que cette intrigue n’était qu’une respiration ajoutée astucieusement au milieu d’une histoire déjà écrite par George.

Je pourrai dire la même chose sur toutes les intrigues que j’ai listée ci-dessus. Aussi réussies soient-ils, les écarts des scénaristes ne restent pour l’instant que des écarts, qui ne pourront pas influer sur l’intrigue de George.

Dans une série qui va bientôt être accusée de faire du surplace (Spoiler : l’Hiver qui arrive n’arrivera pas en Saison 3. Ni en Saison 4. Ni jamais si ça se trouve), les seules intrigues que les scénaristes ont la liberté d’ajouter à l’Histoire de George… sont justement des intrigues qui doivent se contenter d’occuper les personnages sans faire avancer les choses !

Jusqu’au jour où Benioff et Weiss – à cours d’intrigues – se rebelleront et décideront enfin de prendre leur indépendance par rapport à George ? Alors, peut-être que l’Hiver et les dragons arriveront pour de bon à Westeros…

Spoiler : le test de Shae

Attention : ce dernier paragraphe – contrairement aux précédents où j’ai fait de mon mieux pour rester le plus vague possible – contient une référence assez spoiler aux livres.

Les scénaristes sauront-ils prendre leur distance avec George pour le bien de la série quand cela deviendra nécessaire ?

Je pense qu’on le saura à la fin de la saison 4, avec la conclusion de l’intrigue de Tyrion et Shae. Comme je l’ai dit ci-dessus, la Shae de la série est très différente de celle des livres. Le personnage est plus profond, et son histoire d’amour avec Tyrion plus touchante, plus crédible aussi… Et ceux qui ont lu les livres se disent peut-être, comme moi, que ça risque de poser problème à la fin de la saison 4 !

Est-ce que les scénaristes respecteront les livres, au risque d’altérer le personnage qu’ils ont construit ou de rendre Tyrion, l’un des personnages les plus populaires de la série, antipathique ?
Ou est-ce qu’ils choisiront d’altérer cette intrigue et sa conclusion, pour rester cohérent avec la relation qu’ils ont bâtie à l’écran ?

En fonction du choix qu’ils feront, je pense qu’on saura à quel point ils sont capables de fonctionner sans les livres.

Moi, je suis prêt à parier que c’est le moment qu’ils choisiront pour trahir George.

Tigrou
Notes

[1Contrairement à Ju, je suis prêt à parier que la série aura 7 saisons : une partie des tomes 4 et 5 seront répartis sur les saisons 3 et 4, histoire de remplir un peu pour certains personnages qui n’auront sinon pas grand-chose à faire, puis terminées en saison 5,puis les scénaristes pourront boucler leur série sur les 2 saisons restantes – avec ou sans l’appui des livres de George.