Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles

The Flash - On continue de regarder la saison 4 pour que vous n’ayez pas, mais vraiment pas, à le faire

True Colors: McGyver vs Cyndi Lauper

Par Sebargio, le 17 février 2018
Publié le
17 février 2018
Saison 4
Episode 13
Facebook Twitter
Souvenez-vous, après un crossover pénible, nous avions laissé Barry Allen en prison à la fin de l’année 2017 pour un meurtre qu’il n’a pas commis, celui de DeVoe a.k.a. Le Grand Méchant De La Saison. DeVoe, lui, avait « juste » laissé son enveloppe corporelle mourir et avait pris possession du corps d’un autre méta-humain, autrement mieux gaulé que lui.

Et ça va maintenant faire 4 épisodes que The Flash se traine péniblement derrière les barreaux. Heureusement pour lui, il a la chance d’être dans la cellule qui fut celle de son papa (même qu’il y a une inscription, gravée dans le mur, pour dire que c’était la cellule de papa. Il n’y a qu’une inscription dans toute la cellule d’ailleurs, le hasard qui fait les choses dans cette série ne cessera jamais de m’étonner).

Heureusement pour nous et pour Mister Allen, c’est avec cet épisode que sa peine de prison touche à sa fin.
Pas mon ennui par contre.
Ni mon agacement.
Et encore moins mon besoin irrépressible de coller la paume de ma main sur mon visage (il paraît que les jeunes appellent ça "facepalm" et aussi que je ne suis plus jeune).

Pour être franc, nous avons eu précédemment quelques épisodes qui étaient un peu moins stupides que d’habitude et nous en avons même eu un qui nous expliquait que tous les heureux hasards de la série n’en étaient pas puisque tout avait été prévu, organisé, planifié par DeVoe. Ce n’était pas grand chose mais je m’étais remis à espérer…

On ne sait toujours pas quel est le but final de DeVoe ni même pourquoi il en veut à Barry mais ce qui est sûr c’est qu’il avait la possibilité de se débarrasser définitivement de lui dans cet épisode. Après tout, il s’est débarrassé de ses compagnons de cellule méta-humains en une demi-seconde. Mais il a épargné Barry. Il a certainement ses raisons... Lui aussi doit vouloir qu’il vive pour le faire souffrir longtemps, le grand classique tellement original qui pousse tous les vilains à ne jamais tuer le héros… Il a aussi décidé de changer une nouvelle fois de corps. Il doit, là aussi, avoir ses raisons.

Dans cet épisode, personne ne sert à rien. Harry est en balade sur la Terre 2, Cisco, Joe, Cecile et Iris ne servent à rien. Personne ne sert à rien. À l’exception de ChewingGumMan (désolé, mon cerveau refuse catégoriquement de retenir son nom) qui se découvre un nouveau pouvoir plutôt bienvenu : il est Changeforme et peut donc prendre l’apparence de celui (ou de celle, je suppose mais ça ne sera pas le cas aujourd’hui) qu’il veut.
Et cela va se révéler utile dans l’épisode. Et il est tellement Changeforme, qu’en plus de pouvoir moduler son apparence physique, il est capable de modifier sa tenue, sa coiffure, la pigmentation de sa peau et même son accent ! Qu’il prenne la voix de la personne, ok, soit. On peut imaginer qu’il modifie aussi ses cordes vocales et qu’avec la nouvelle morphologie de son visage, la voix soit la même que la personne copiée… Mais l’accent… Franchement... Reproduire l’accent écossais comme ça, c’est très très fort. Surtout qu’à ce moment là de l’épisode il n’a pas conscience d’avoir modifié son apparence.

Bref… Si jamais on oublie qu’on regarde The Flash, la série est là pour nous le rappeler régulièrement…

theflash1

Barry est donc en prison. Et Wolfe, le patron de la prison est en fait un méchant qui revend les méta-humains à Amunet (Katee Sackhoff, Kara Thrace de BSG, qui semble vraiment beaucoup s’amuser avec ce personnage). Barry s’est fait démasquer et Wolfe sait qu’il est The Flash. Il se retrouve donc captif d’une cellule qui inhibe ses pouvoirs en attendant d’être vendu. Le temps presse, il doit donc s’échapper. Heureusement, après avoir bouché les toilettes (si si), il réussit à subtiliser deux piles au plombier de la prison. Et là, tout le savoir scientifique de Barry Allen, accumulé depuis des années, va être mis en pratique, ni une ni deux, il met à profit le visionnage régulier et répété de l’intégralité de McGyver pour réussir à dissoudre du métal avec les deux piles, un ressort de lit et un pot de Flamby (véridique). Corrosion hyper réaliste et quasi-instantanée : il est libre et libère au passage les autres méta-humains détenus. Aucune caméra, garde ou système d’alarme ne viennent les déranger. Dans une prison haute-sécurité, ce genre de trucs, c’est surfait.

Pendant ce temps, ChewingGumMan a pris l’apparence de Wolfe pour essayer de retarder la vente. Et ça ne se passe pas aussi bien que prévu. Il se regarde dans le miroir et voit que son oreille gauche est en train de se ramollir et flancher. On voit donc arriver gros comme un camion que ça va se reproduire lorsqu’il sera en face d’Amunet et bingo, ça ne loupe pas, le plan foire, la vente n’est pas retardée et ChewingGumMan a le moral dans les chaussettes.

C’est donc Caitlin qui s’y colle et qui va le lui remonter (le moral) en se transformant en KillerFrost sans qu’on comprenne vraiment pourquoi. Il semble désormais qu’elle soit obligée de se transformer en KillerFrost tous les épisodes mais on a de plus en plus de mal à faire la différence entre les deux personnalités du personnage. KillerFrost est complètement nulle et inutile. Tout le sel du personnage a été retiré. C’est juste Caitlin avec des cheveux blancs désormais… En gros, c’est son costume de superhéroïne, c’est tout et c’est hyper décevant...

Retour dans la prison.
Une plaque d’égout maintenue par deux boulons se trouve au centre des cellules. Elle donne accès à l’ancienne prison par dessus laquelle a été construite la nouvelle prison.
Mais qu’est-ce que c’est pratique dis donc !
Barry dissout les boulons en métal en deux secondes (là encore, c’est d’un réalisme saisissant) avec le reste du contenu de son pot de Flamby et s’enfuit par les égouts jusqu’à la salle de sport de l’ancienne prison. Il est accompagné par le reste des prisonniers méta-humains. Et c’est là que DeVoe arrive et tue donc tout le monde, Wolfe compris, sauf Barry.

the flash2

Cisco et KillerFrost débarquent après la bataille (je vous l’ai dit : ils ne servent à rien) et proposent à Barry de s’échapper. Ce dernier explique qu’il ne voulait pas s’échapper mais juste éviter d’être vendu. Comme c’est quelqu’un d’honnête et d’intègre, que Wolfe est mort et que la vente n’aura pas lieu, il décide de retourner dans sa cellule. Il souhaite que ses amis trouvent un moyen légal de le faire sortir, autrement, il ne se sentira jamais vraiment libre… On peut le comprendre, c’est un raisonnement qui se tient.


Mais vous avez bien entendu comme moi : un moyen légal ! Un truc honnête, à la hauteur de l’échelle de valeurs de Barry Allen. Barry veut être innocenté parce qu’il n’a jamais tué DeVoe. Autrement il reste en prison, même si c’est injuste.

Et donc, en toute logique les amis de Barry décident d’utiliser les nouvelles capacités de Changeforme de ChewingGumMan pour faire croire au juge que DeVoe est toujours en vie... ChewingGumMan prend l’apparence de DeVoe, déboule devant le juge en plein tribunal.
Et. Ça. Marche.
Le juge ne se pose pas plus de questions que ça, après tout, les Changeformes ça ne peut pas exister dans une ville où tant de choses étranges se produisent. Et on n’en a jamais rencontrés avant. Même pas en saison 1. Et pas dans l’épisode 19. Non. Le juge ne semble pas surpris outre mesure qu’un homme déclaré mort par la police réapparaisse de la sorte et il ordonne donc la libération de Barry Allen sur le champ.

Toute l’équipe se retrouve alors chez Joe pour fêter ça et Barry est tout content d’être libre et d’avoir été libéré par un moyen légal !

On résume donc, dans l’éthique de Barry Allen, s’échapper d’une prison c’est pas bien mais mentir à un juge et pratiquer l’usurpation d’identité ça passe. OOOOOOOKKKKKK !

Sebargio
P.S. L’épisode s’appelle « True Colors », je ne comprends pas vraiment pourquoi, mais ça me fait penser à cette très belle chanson de Cyndi Lauper et c’est déjà pas si mal, on se contente de peu avec The Flash.