Critique des meilleures nouvelles séries télé (et des autres)
Regarde critique sur les séries TV actuelles
21 Drum Street -

Les Autres Séries, celles en format podcast

Les Autres Séries

Par Conundrum, le 7 août
Publié le
7 août
Facebook Twitter
Il n’y a pas à dire, je passe un chic été séries bien rempli. Entre de la science-fiction bien fichue, une dramédie romantique musicale, un thriller conspirationniste et des histoires surnaturelles, il y a vraiment de quoi faire cette année un menu sériel riche et complet. Bon, le seul truc c’est qu’il faut éteindre sa télévision et mettre bien fort ses enceintes, parce que ce n’est pas de production audiovisuelle dont nous allons parler aujourd’hui.

Lorsque l’on parle séries et podcasts, en général, on pense à ceux qui constituent des compagnons de visionnage. Regarder la nouvelle mouture de Twin Peaks nécessite bien souvent le décodage éclairé de Lynchsplaining, podcast qui revient de manière hebdomadaire sur l’épisode qui vient d’être diffusé. Chez pErDUSA, on aime bien se réunir chez Jéjé et discuter séries en s’enregistrant parler.

On pense aussi beaucoup aux podcasts d’investigations que Serial a mis à la mode, comme la fascinante enquête qu’est In The Dark, qui s’intéresse à la disparition d’un jeune garçon dans une petite ville des États-Unis dans les années 1990, un peu difficile à écouter par moment mais nécessaire à entendre, ou bien S-Town, qui débute par une intrigue autour d’un meurtre, part sur une toute autre piste à l’issue de de second épisode et renouvelle brillamment le genre.

En revanche, on ne pense et on ne parle que très peu des séries sous format podcast. Si The Thrilling Adventure Hour nous a marqués par sa qualité et sa distribution remplie de voix connues et si Welcome To Night Vale a même enregistré l’automne dernier un épisode à Paris, ce vaste univers sériel reste peu commenté et exploré.
Il mérite pourtant qu’on s’y attarde avec attention.

Le drama audio est une pratique très répandue dans les pays anglo-saxons. Les feuilletons radiophoniques et les audiobooks n’ont pas attendu les podcasts pour créer et alimenter un genre très actif.

torchwood audio 2

Ce mois-ci, est lancée, en CD audio, la suite de Torchwood avec la distribution originale de la série et une supervision de la production par Russel T. Davies. Et ce n’est pas une pratique inhabituelle pour nos compatriotes d’Outre Manche. Avant de devenir une série pour HBO, Flight of The Conchords était une série audio de BBC Radio 2. Il n’y a rien d’étonnant à voir que la production sérielle sous la forme de podcasts s’épanouisse en ce moment.

À la popularité du format, s’ajoute l’impact de Serial. Beaucoup de fictions reprennent le cadre de la journaliste qui mène un podcast d’investigation pour découvrir un univers. Rien d’étonnant à cela puisqu’il s’agit d’un concept simple et efficace qui permet de décrire les événements à un public qui est privé de visuel. Le faire de manière organique, sans narrateur·trice et sans étouffer son récit par de l’exposition est une tâche ardue. Mais l’absence de visuel n’est pas la difficulté principale de narration dans un podcast.

Écouter un épisode de podcast n’est pas le même exercice que regarder un épisode de série. L’information est souvent dupliquée dans une série. On la découvre grâce aux images, mais aussi grâce aux sons, qu’elle soit prononcée ou annoncée à grand pas par la musique ou du bruit.
On se sent plus actif dans la découverte de l’intrigue dans un podcast. La seule piste audio exige une attention plus accrue. L’information peut n’être prononcée qu’une seule fois, et il s’agit de ne pas la louper.
De plus, nous sommes rarement installés, posément, dans le but d’écouter un podcast. Il accompagne le trajet au travail, l’attente chez le médecin, la séance de jogging ou une longue journée au travail. Lui accorder l’intégralité de notre attention peut ne pas être possible. Les meilleurs podcasts prennent en compte ces impératifs en essayant de ne pas dépasser la demie heure par épisode ou en trouvant un moyen de répéter l’information assez de fois pour éviter de sortir son téléphone et appuyer régulièrement sur le bouton « retour 15 secondes en arrière ».

Découvrir ces nouveaux code, ces nouveaux noms, et ces nouvelles manières d’aborder des thèmes connus est très excitant. On ressent un peu ce que l’on ressentait quand on voyait pour la première fois un visage familier dans une série ou quand on réussissait à faire des liens en découvrant des comic books. En quelques semaines, me voilà impatient de découvrir la nouvelle œuvre de Mac Rogers, un auteur que je ne connaissais pas il y a encore un mois. J’enchaine les épisode The Black Tapes pour commencer sa série dérivée, Tanis, afin de respecter l’ordre d’écoute.
Et au moment où j’écris ces lignes, j’attendais le dernier épisode de la saison d’Alice Isn’t Dead avec bien plus d’impatience que n’importe quel épisode de série cette année.

Pour toutes ces raisons, dans les prochains jours, pErDUSA lance « Comme Jeanne d’Arc », une nouvelle chronique dans laquelle nous nous pencherons sur ces autres séries.
Parce que, franchement, c’est plutôt cool d’entendre des voix.

Conundrum